Águilas


  - 1 avis

Fini le manteau et le froid, à moi le bikini et le soleil

Traduit par Salimata Diaby — il y a 1 an

Texte original par Nerea Martínez

Murcie, Águilas

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-f5

Le voyage d'adieu que nous avons organisé le 23 juin, je vous en avais déjà un peu parlé dans ma publication précédente, nous a beaucoup aidé à ne pas être trop tristes à l'idée de penser que nous ne nous reverrions pas avant longtemps. Tout le monde n'était pas là (il manquait Meri), mais ce ne fut pas le seul voyage que nous avons effectué, heureusement. Ensuite, nous nous sommes réunis une nouvelle fois en octobre (cette fois-là, Meriem et Miguel manquaient à l'appel) à Zaragoza dans la maison de notre très cher Clau. Nous avons passé quelques jours à Pilares, mais je vous raconterai ce voyage une autre fois, étant donné que j'ai déjà beaucoup de choses à vous dire. Je me consacrerai pleinement sur le voyage à Águilas, à Murcie, ville où habitent deux de nos amis Erasmus : Jose et María. Étant donné que María vivait à Águilas, elle est restée avec nous pendant quelques jours. Álvari, Sara, Claudia, Pilar et moi avons été hébergé dans la maison de notre très cher Miguel, et María (originaire de la région) et Alicia (originaire d'Albacete) nous ont rejoint quelques jours pour compléter la famille. Étant donné que la maison était assez grande, nous n'avons eu aucun problème pour nous loger, il y avait assez de place pour tout le monde.

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-15

Comme je vous l'ai dit précédemment, cela faisait des mois et des mois que nous parlions de ce voyage et nous avions peur qu'il finisse par tomber à l'eau ou que quelqu'un annule au dernier moment. Mais ce ne fut pas le cas. Tout s'est passé comme sur des roulettes, nous sommes tous retournés en Espagne! Nous avions à peine défait nos valises d'Erasmus que nous étions entrain de plier bagage pour Murcie. Toutefois, cette fois-ci, nous remplacions manteau, pulls, bonnet et tous nos vêtements chauds par bikini, chapeau de soleil, lunette de soleil, shorts et autres affaires d'été. Ma valise était beaucoup plus légère, malgré le fait qu'elle soit beaucoup plus remplie, étant donné que mes vêtements d'été prenaient beaucoup moins de place que ceux d'hiver. Nous nous sommes alors lancés dans les préparatifs du voyage, nous n'arrêtions pas de parler de ce que nous allions emporter, des bus que nous devions emprunter et d'autres sujets concernant le voyage. Toutes les conversations de notre groupe Whatsapp tournaient autour de ce fameux voyage. Nous étions tous très enthousiastes. Pour ma part, j'étais soulagée de pouvoir revoir tout le monde dans moins de deux semaines, même si comme je l'ai dit, il nous manquait notre fêtarde numéro 1, Meri. Mais bon, elle n'a pas pu se libérer... Nous pouvions toujours organiser un autre voyage, ce n'était donc pas très grave. En outre, le point positif était que nous vivions quasiment tous en Espagne ou dans les environs. Sara, Miguel, Meriem et moi habitions près de Madrid. Pour ce qui est des autres, ils ne vivaient pas très loin, et nous savions que nous allions pouvoir nous voir régulièrement. Après cette petite séquence émotion, je vais vous raconter tous les détails de notre voyage sur la côte du sud-est de l'Espagne, endroit parfait pour profiter du soleil et siroter quelques mojitos en famille.

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-d5

Águilas: préparation, départ et installation dans la maison

Avant de vous faire part de notre voyage en détail, je vais vous exposer le contexte. Notre destination de vacances était Águilas, un petit village dans la province de Murcie, situé à environ 1 heure de la ville de Lorca, connue pour avoir subi un tremblement de terre il y quelques années. La ville est merveilleuse et les nombreuses plages sont splendides. Leurs noms étaient quelques fois un peu étranges, l'une d'elle s'appelait la playa amarilla (littéralement la plage jaune), une autre s'appelait la playa de la colonia (littéralement la plage de la colonie)...

La maison de Miguel se trouvait dans un quartier moderne (voir photo précédente) composé de maisons jaunes qui ressemblaient plus à des chalets, le tout était très charmant. Avant d'arriver dans la maison, Sara, Miguel et moi avons dû nous mettre d'accord plusieurs jours avant le voyage pour prendre le même bus, étant donné que nous habitions vraiment très proches l'un de l'autre. En outre, c'était plus agréable de partir en groupe et non chacun de notre côté. Nous avons réservé sur internet, sur la page de avanzabus. Notre bus partait tôt le matin de la "Estación Sur de Autobuses de Madrid" (Gare routière du sud). Je ne sais pas si vous le savez, mais tous les autobus ne démarrent pas de cette gare-là, je sais par exemple que pour aller à Zaragoza, il faut prendre le bus dans une autre gare, à savoir "Puerta de América". À la fin de ma publication, je vous ferai une liste de tous les bus et des gares depuis lesquelles ils partent, cette liste pourra servir à ceux d'entre vous qui souhaiteraient faire du tourisme en Espagne (n'hésitez pas).

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-4f

Miguel et moi nous sommes donné rendez-vous à la gare de Guadalajara pour prendre le même train et rejoindre la Estación Sur de Madrid où nous allions rencontrer Sara. Comme je vous l'ai déjà dit dans d'autres de mes publications, la connexion Madrid-Guadalajara est excellente, que ce soit au niveau des trains ou des bus. Sara nous attendait là, devant la porte A. La gare est vaste, mais il est impossible de se perdre, car tout est très bien indiqué. Il y a deux toilettes dans la gare et il est très facile de trouver l'endroit d'où part le bus. J'ai oublié de vous dire que pour arriver à la gare de Guada, il faut effectuer un changement à Atocha. Une fois à Atocha, il faut prendre le train en direction de Fuenlabrada et le premier arrêt est toujours Méndez-Álvaro, où se trouve la "Estación Sur de autobuses". Une fois à Madrid, nous avons retrouvé Sara qui nous attendait où je vous ai dit. Nous nous sommes pris dans les bras et avons ensuite été voir sur les écrans de la gare quel était le numéro du quai de départ de notre bus. Il y a des panneaux géants, impossible de les manquer quand vous entrez dans la gare et il y a des petites télévisions qui indiquent les départs et les arrivées des bus. Il est d'ailleurs écrit en grand Départs et Arrivées. Je vous assure qu'il n'y aucun problème et qu'il est impossible de se perdre. De plus, vous pouvez toujours vous renseigner auprès du personnel de la gare qui vous donnera un coup de main sans hésiter.

Une fois que nous avons trouvé notre quai, nous nous sommes peu à peu faits à l'idée que nous allions prendre rester dans un bus pendant 8 longues heures et que ce dernier allait faire des arrêts dans des villes comme Albacete, Lorca et Murcia. Nous avions fait exprès de prendre ce bus (il existe des bus directs), car Alicia, une autre fille qui venait à Murcie avec nous, habite à Albacete et allait monter dans le bus depuis cette ville pour être avec nous. En ce qui concerne Pilar et Claudia (originaires de Zaragoza), ils devaient prendre le bus ou le train depuis leur ville. Si ma mémoire est bonne, je pense qu'ils sont venus en train et que le trajet a duré très longtemps (les pauvres!). Ál s'est retrouvé dans la même situation, il venait de Salamanque et son voyage a été digne d'une odyssée. Il a d'abord été jusque Madrid en bus et a ensuite pris un BlaBlaCar jusque Murcie. Le pire c'est qu'il a dû attendre Claudi et Pilar à Murcie et qu'ils ont ensuite pris le train jusque Álguilas. Ainsi, après une longue journée éreintante, ils sont arrivés à Álguilas à la nuit. En ce qui nous concerne, nous sommes arrivés bien avant.

Revenons donc à Sara, Miguel et moi. Nous sommes arrivés à Murcie en fin d'après-midi (pas très tard) et avons pris un bus en direction de Álguilas. María, une fille originaire de la région, nous attendait à la gare avec son père qui allait nous déposer à notre destination finale. Sa famille était adorable et s'est très bien comportée avec nous. Une fois arrivés à Águilas, nous avons été au supermarché pour acheter de la nourriture et des boissons pour la durée de notre séjour. Nous voulions faire des courses une seule fois et ne pas avoir à retouner au supermarché, car il n'était pas très proche de la maison de Miguel. Nous avons donc pris nos provisions et le père de María nous a déposé à la maison de Miguel. Nous avons posé nos valises (qui étaient tout de même lourdes), nous avons mis la nourriture dans le frigo et dans les armoires. Miguel nous a fait visiter sa maison, il a ouvert les fenêtres et avons réglé la température à notre convenance. La maison était superbe, très spacieuse et neuve qui plus est, j'ai vraiment adoré. Le quartier aussi était génial!

Fête de la Saint-Jean :

Une fois installés, nous sommes descendus à la plage pour boire un verre et attendre ceux qui manquaient encore à l'appel. Comme je vous l'ai dit, ils ont été quelque peu retardé, car ils ont rencontré des problèmes avec le train en direction de Águilas qui avait été ralenti en raison de grèves ou quelque chose comme cela. Ils ont failli rater le dernier train et étaient sur le point de devoir passer la nuit à Murcie. Toutefois, tout est heureusement rentré en ordre et ils sont enfin arrivés, sains et saufs. Il faisait déjà nuit quand ils nous ont rejoint, cela faisait 6 heures que nous étions sur place. Je ne vous l'ai pas dit avant, mais ce jour-là, c'était justement la fête de la Saint-Jean, pour ceux qui l'ignorent, il s'agit d'une fête qui se célèbre principalement dans les villes côtières. On allume des grands feux de camp, il y a de la musique, c'est l'occasion de se retrouver entre amis pour faire la fête. C'est un peu la folie sur la plage. J'avais déjà fêté la Saint-Jean, à Salou (Tarragone) il y a longtemps et je me souviens que c'était vraiment génial. Il y a des feux de camp sur la plage et les habitants sautent autour du feu et jettent des papiers où ils écrivent des vœux, des choses qui ne leur plaisent pas et qu'ils aimeraient changer, c'est assez personnel, chacun fait ce qu'il préfère. L'ambiance est à son comble, je vous conseille d'y aller. De plus, étant donné que la fête tombe pendant l'été, le temps est au beau fixe, et ce surtout dans les régions côtières. Bref, nous attendions donc, assis sur le sable de la plage, les pauvres malheureux, qui étaient en plus chargés comme des mulets (avec leur valise et tout le reste).

Quand ils sont arrivés, ils se sont joint à nous, en prenant soin de nous prendre dans les bras d'abord. Ensuite, nous avons commencé à profiter de la soirée. J'avais tellement hâte d'embrasser mon copain, car la dernière fois que nous nous étions vu, c'était à Portsmouth il y a une semaine et demi environ (j'avoue que cela ne faisait pas très longtemps).

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-6a

La fête battait son plein sur la plage, il y avait de la musique et de nombreux groupes de jeunes en train de boire. Fini le manteau et le froid, cette fois-ci, nous étions en maillot et il faisait chaud. C'était très agréable. La nuit ne faisait que commencer. Pour retourner à la maison de Miguel, nous avons pris un taxi, car c'était beaucoup trop long d'y aller à pied. Quand nous sommes arrivés, nous sommes tombés dans nos lits, car nous étions fatigués du voyage (surtout ceux qui étaient arrivés plus tard).

Au programme le lendemain : plage et piscine. Nous voulions profiter un maximum de ces jours de vacances et c'est ce que nous avons fait. Nous sommes allés à la plage proche de la maison de Miguel! Le problème est que nous avions oublié de prendre de l'eau. Heureusement, le père de María (le pauvre) est venu nous apporter des bouteilles d'eau. De plus, il nous a également reconduits dans sa fourgonnette. Nous ne savions pas comment le remercier. La plage était splendide, nous nous sommes baignés, mais nous mourrions de soif et de chaud. Je savais que nous aurions dû acheter des chapeaux, mais personne ne m'a écouté. On m' a dit qu'il y aurait sûrement des coins d'ombre et que si nous avions chaud, la mer était juste à côté... que nenni. La chaleur a eu raison de nous et le père de María était notre dernier espoir. Ce dernier nous a déposé à la maison de Miguel et nous avons préparé le premier repas des vacances. Avant de manger, nous avons piqué une tête dans la piscine, c'était super! Ensuite, nous nous sommes reposés un peu avant de retourner à la plage. Nous sommes allés à une autre plage avec des bars et nous avions pris de l'eau avec nous.

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-3b

Conseil : N'allez jamais à la plage sans crème solaire, sans eau et sans nourriture. C'est horrible d'avoir soif et de n'avoir que de l'eau salée à disposition.

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-de

Je pense que c'est lors de la deuxième soirée, si je m'en souviens bien, que nous avons été boire un verre dans un bar/restaurant du centre qui s'appelait El Pimiento. Nous avons passé un super moment, nous avons bien mangé et nous avons bu des bières tout en dégustant de délicieuses olives. De bonnes olives, cela nous avait tellement manqué à Portsmouth. C'était tellement étrange de se retrouver tous ensemble en Espagne sous la chaleur et sans manteaux, vraiment très étrange! Je reviens au bar dans lequel nous avons mangé, je recommande le lieu à 100 %. C'est Maria qui nous avait conseillé l'endroit, elle avait dit que nous allions l'adorer et elle a eu raison! Le bar était bondé, un signe que nombreux étaient ceux qui l'appréciaient. Maintenant que j'y pense, je me souviens que nous avions dû attendre un peu avant d'avoir une table, tellement le bar était bondé. Après avoir mangé sur la terrasse, nous avons été faire un tour avant de renter à la maison.

Le lendemain, la routine s'était déjà installée et nous avions pris nos habitudes : plage le matin, retour à la maison, piscine et repas tous ensemble. Nous sommes une véritable famille, cela ne fait aucun doute. Le pauvre Miguel a eu une insolation deux jours après notre arrivée ici. Il avait de la fièvre et ne sentait vraiment pas bien et cerise sur le gâteau, c'était son anniversaire! Pour l'occasion, nous lui avions préparé une petite surprise. Nous avons acheté un gâteau au supermarché et comme il ne sentait pas bien à cause de son insolation, il était resté à la maison, une aubaine pour nous! Quelle mauvaise idée de rester autant de temps sous le soleil.

Nous avons donc profité de son absence pour préparer sa surprise, c'était pratique, car nous n'avions même pas besoin de nous cacher. Je ne vais pas me réjouir du fait qu'il soit resté à la maison à cause de son insolation, mais je dois tout de même avouer que cela tombait bien, il ne se douterait vraiment de rien ainsi. Pauvre Miguel Après avoir tout organisé et acheté le gâteau et les ballons, nous sommes rentrés à la maison. Nous nous sommes divisés en deux groupes, d'un côté Sara, Claudia et Pili qui iraient à la maison de Miguel et de l'autre, Álvari et moi qui se chargeraient de trouver un magasin pour se procurer des ballons et autres objets de décoration. Malheureusement, nous n'avons pas trouvé de petit magasin et avons dû nous rendre dans un supermarché et bien évidemment, nous avons trouvé 6 pauvres ballons que nous avons payé 1 € et des cacahuètes, scandaleux! Nous en avons acheté 12 et sommes rentrés à la maison. Je ne me souviens plus quelle excuse nous avons inventée pour expliquer notre retard, mais il ne s'est vraiment douté de rien.

Stratégie payante : surprise, surprise!

Voici la stratégie que nous avions mis en place : étant donné que nous allions aller à la piscine le soir, nous avions décidé que Sara resterait un peu plus longtemps et qu'elle passerait un coup de fil à Miguel pour lui dire qu'un voisin était venu de lui dire qu'elle ne pouvait pas se trouver là. Je ne sais pas si je vous l'ai dit, mais c'était une piscine privée qui appartenait aux maisons du quartier. Le plan était vraiment parfait, car le voisin ne connaissait pas Sara et penserait qu'elle aurait voulu piquer une tête dans la piscine à minuit. Sara appellerait donc Miguel vers 23h30/minuit. Ce dernier descendrait donc à la piscine pour l'aider pendant que nous serions en train de décorer la maison avec les ballons, préparer le gâteau et la surprise.

Ainsi, comme je vous l'ai dit, Sara a appelé Miguel pour lui dire que le voisin devenait un peu nerveux et qu'il lui demandait dans quelle maison elle résidait. Elle lui a demandé de la rejoindre et Miguel a rapidement enfilé ses chaussures. Nous avions un peu peur qu'il se mette en colère, car nous étions chez lui et la dernière chose que nous voulions faire était de lui causer du tort. Mais ce ne fut pas le cas, la situation l'a même fait rire. Et là vous vous demandez : que s'est-il passé quand il est allé à la piscine et qu'il a constaté qu'il n'y avait personne? Nous avions pensé à tout :

Sara lui a dit que le voisin s'en était allé, un peu en colère, et a demandé à Miguel s'il voulait l'appeler (ce qui était un peu risqué). Heureusement, il a dit non, que ce n'était pas la peine, car le voisin se serait sûrement calmé. Ouf... nous avons eu chaud. Entre-temps, nous avions gonflé les ballons comme des fous et tout était prêts quand ils sont remontés à la maison. Nous devions aussi mettre les bougies sur le gâteau, cela peut paraître bête, mais cela nous a pris un peu de temps. Nous sommes venus à bout des quelques bougies récalcitrantes et nous avons rejoint la terrasse. Nous avons éteint toutes les lumières et nous attendions le retour des deux autres. Nous étions dans l'obscurité et je me souviens que Miguel a dit quelque chose comme "qu'est-ce-qu'il s'est passé ici?". C'est à ce moment-là que le pot aux roses a été révélé : Miguel s'est mis à nous chercher partout dans la maison, il nous a trouvé sur la terrasse, et nous nous sommes mis à chanter "joyeux anniversaire". Il a adoré notre petite surprise. Ensuite, nous avons rallumé les lumières pour pouvoir manger le gâteau et nous lui avons demandé ce que cela lui faisait d'avoir un an en plus.

Nous avons passé la soirée avec lui, il ne voulait pas sortir faire la fête, car il ne se sentait pas dans son assiette. Nous sommes restés tranquillement à la maison, comme il le souhaitait. En effet, je ne me serais pas sentie à l'aise de sortir sans lui et de le laisser seul alors que c'était son anniversaire. Personne n'en avait envie. En fin de compte, nous avons passé une excellente soirée, nous sommes resté avec lui, nous avons bu, nous avons rigolé. Notre objectif était qu'il passe la meilleure soirée possible.

Soirée entre filles et fête à Águilas :

Le lendemain, nous sommes allés à la plage et à la piscine. C'était vraiment très agréable, car il faisait chaud. Pour la soirée, nous avions envie de sortir faire la fête, nous avons donc commencé à réfléchir à ce que nous allions faire quand nous sommes rentrés. Étant donné que Miguel ne se sentait toujours pas mieux, il n'avait pas envie de sortir. Ál a donc décidé de rester avec lui à la maison et de prendre soin de lui, il n'allait pas rester tout seul tout de même. Nous sommes donc sortis en filles, même si je dois avouer que je n'étais pas extrêmement enthousiaste à l'idée. Au final, Claudia, Pilar, Sara et moi avons décidé de sortir et avons rencontré des filles originaires de Jaen sur une place où des musiciens jouaient de la musique. Elles avaient l'air en forme et nous nous sommes joints à elles. Toutes étaient très sympathiques. En fait, Sara voulait acheter du tabac dans un bar et en sortant elles nous ont posé une question et nous avons passé la soirée ensemble en fin de compte. Nous avions pris un taxi depuis la maison et nous devions également en prendre un pour le retour, mais comme nous étions quatre, le prix était raisonnable. Même si c'est toujours plus cher la journée que la nuit. Nous avons donc passé la soirée avec ces filles et sommes rentrés plus tard que prévu. Il devait être 7h du matin environ.

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-3d

Nous sommes allés dans une discothèque du centre de Águilas, je ne me souviens pas de son nom, mais il y avait de l'ambiance, de la bonne musique et l'entrée était gratuite. Que demander de mieux? Nous nous sommes beaucoup amusés. Anecdote de la soirée : nous sommes tombés sur l'acteur Edu Soto, alias el Neng et nous avons pris une photo avec lui, comme vous pouvez le voir ci-dessous. Il était juste devant la discothèque, je ne suis pas une grande fan du personnage, c'est à peine si je peux le reconnaître. Ce qu'il s'est passé, c'est qu'on nous a dit qu'il était là et nous nous sommes toutes mises sur la photo. D'ailleurs, il n'était pas très sympathique. De plus, il était accompagné d'une femme qui a marmonné quelque chose comme "qu'est-ce-qu'elles sont embêtantes" et je l'ai entendue. Je comprends que le fait d'être célèbre, de devoir prendre des photos sans arrêt et d'être constamment reconnu doit être fatigant et embêtant de temps en temps, mais cela fait partie du jeu. Lorsque vous êtes célèbres, vous savez que votre vie sera stressante et pénible par moment, mais tout comme le boulanger qui vend son pain et fait en sorte de satisfaire ses clients, une célébrité doit également veiller à ce que son public soit content ou à lui faire bonne impression tout au moins. C'est ce que je pense. Chacun fait ce qui lui plaît après tout. Bref, après cet épisode, nous sommes allés nous éclater dans la discothèque.

Au petit matin, nous sommes rentrés à la maison en taxi et sommes allés au lit, sans bien évidemment oublier d'aller embêter Miguel et mon Al avant (les pauvres!). À peine rentrées, Claudia n'a pas eu de meilleure idée que de les réveiller, et non pas pour leur dire bonne nuit! Elle ne devait pas avoir sommeil, car elle s'est mise à crier et à les ennuyer (les pauvres!). Cela n'a duré que quelques minutes, nous avons rapidement rejoint nos lits.

Il ne nous restait plus que deux jours de vacances. Le lendemain, nous sommes allés à la plage et à la piscine. Nous avons fait une partie de volley sur la plage, nous sommes baignés et en rentrant, nous avons été profiter de la piscine, comme les autres jours. Au soir, nous sommes retournés manger dans le bar/restaurant, El Pimiento, où nous étions allés au début de notre séjour, car l'endroit nous avait beaucoup plu. Nous avons vu les filles que nous avions rencontré la veille, à Jaen. Nous les avions également aperçues sur la plage plus tôt et étions restés un petit peu avec elles. Elles débordaient d'énergie et elle formait un groupe très uni, elles étaient comme des sœurs. Après le repas, nous sommes allés faire un tour dans Águilas et boire un verre en terrasse. Nous avions déjà bouclé les valises pour ne pas devoir faire tout le lendemain, mais c'est vrai que nous n'avions pas mis nos vêtements dans les armoires, nous avions juste quelques affaires qui traînaient ici et là, des essuies et des maillots de bain par exemple.

Toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin et c'est vrai qu'à Murcie, il fait très très chaud en plein mois de juillet. Ainsi, le voyage que nous avions organisé et que nous attendions avec impatience depuis des mois, touchait à sa fin. Toutefois, nous savions que nous allions nous revoir, même s'il est vrai que cela n'allait pas être facile en raison de la distance entre les villes où nous habitions, mais Sara, Miguel, Álvaro et moi allions nous revoir très rapidement, nous avions donc un lot de consolation. Pour ce qui est de María, elle restait à Águilas, étant donné qu'elle y habitait. Nous allons revenir très vite.

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-4e

Par ailleurs, mon copain venait pour la première fois chez moi, il allait rester quelques jours pour fêter mon anniversaire avec moi. De plus, il pourra assister à la Gay Pride de Madrid qui a lieu le 4 juillet. Nous avons prévu d'y voir Sara, nous n'allions pas passer beaucoup de temps sans nous voir. Comme je vous l'ai dit, j'étais très émue, car mon copain rentrait avec moi et nous ne devions pas nous séparer quelques jours (en fin de compte, nous avons passé plus de temps ensemble que séparé l'un de l'autre). Il nous restait donc à embarquer tout le monde, fermer la porte derrière nous et reprendre le bus pour aller chez nous et profiter d'un été qui s'annonçait prometteur, ce qui fut le cas! Je vous raconterai très vite ces mois d'été dans une autre publication. Le plus difficile a été de devoir monter dans le bus en sachant que nous allions y passer de nombreuses heures. Ál a pris un BlaBlacar dans la province de Murcie pour rejoindre Madrid où il reviendrait pour passer quelques jours à ma maison. Miguel et moi sommes descendus à Atocha avec Sara. Elle a pris un train de son côté pour rentrer chez elle, une autre ligne que celle que nous allions prendre. Quant à nous, nous avons emprunté la ligne C2 en direction de Guadalajara, sur le quai numéro 3. Ensuite, Miguel irait à Cabanillas del Campo (c'est là qu'il habite) et Ál et moi rejoindrions ma maison pour passer une petite semaine. Rien que nous deux cette fois-ci.

Pour faire court, j'ai passé de supers vacances, nous avions envie de nous revoir et d'organiser quelque chose pour répéter l'expérience extraordinaire que nous avons vécue tous ensemble à la plage. Nous n'avons pas eu assez de temps pour organiser une nouvelle réunion. Par ailleurs, le retour à Portsmouth allait arriver tôt ou tard. Dire que la distance sépare les amis et les couples est un mythe, c'est une manière plus facile de se libérer d'un fardeau, selon moi. Il est toujours possible de trouver du temps, et il est évident que nous ne pouvons pas nous voir tous les jours, mais nous pouvons nous voir 1 fois par mois, voire 1 fois tous les deux mois, il n'y a pas d'excuse qui tienne. Si quelqu'un vous dit un jour qu'une relation à distance ne peut pas fonctionner, j'ai un exemple du contraire, et croyez-moi, cela peut très bien se passer. Il est évident que j'aimerais que mon copain habite à deux pas de chez moi, mais ce n'est pas possible pour le moment, il faut donc faire avec. Si on veut, on peut, ne laissez jamais quelqu'un vous dire que vous ne pouvez pas faire quelque chose, car c'est vous qui définissez vos propres limites. Je veux vous dire que si vous voulez quelque chose, il faut vous battre pour l'obtenir, vous ne devez laisser aucune barrière se mettre en travers de votre chemin et mettre tout en œuvre pour être avec les personnes que vous aimez. Qu'il pleuve, qu'il tonne ou qu'il gèle à pierre fendre, je ne laisserais jamais rien me séparer d'eux. Je parle également de mes amis, qui sont des personnes que j'aime profondément, mais c'est vrai que je parle surtout de mon copain, car c'est lui qui est le plus loin.

Je les aime tellement.

J'espère que vous avez aimé cet article et avez lu des choses qui vous seront utiles.

cambiamos-abrigo-frio-bikini-solecito-0b

Galerie de photos



Contenu disponible dans d'autres langues

Donnez votre avis sur cet endroit !

Connaissez-vous Águilas ? Donnez votre avis sur cet endroit.


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !