Advertise here

Oui, je suis Anglais, et non, on ne peut pas le parler. Pourquoi? On est à Murcia en Espagne!

L'année Erasmus à l'étranger, une chance de s'immerger dans une autre culture, rencontrer plein d'autres personnes des quatre coins du monde, sortir tous les soirs et pratiquer la langue étrangère que vous étudiez. Enfin... Presque.

Être Britannique à l'étranger, de préférence pas aussi amoché que ceux dans les séries de divertissement à la télé, a sans conteste des avantages. La vie est moins chère dans la plupart des endroits, la nourriture est toujours meilleure que ce que nous avons à proposer, et les filles sont apparemment toutes intéressées par les garçons anglais (je ne vante pas d'embrasser des filles. Je n'embrasse pas, pour ce que ça vaut). Toutefois, malgré tous ces avantages, sauf la partie concernant les filles, il y a une chose à propos du fait d'être Anglais dans un pays étranger qui, pour reprendre les mots de Peter Griffin, me tape vraiment sur le système.

oui-je-suis-anglais-et-non-ne-peut-pas-l

Étant la langue universelle, presque tout le monde en Europe peut parler anglais, même si ce ne sont que quelques mots. Qui plus-est, la majorité de ceux qui peuvent vraiment le parler meurent souvent d'envie de l'améliorer et d'en apprendre encore plus. C'est là que survient le problème. Je n'ai rien contre le fait de vouloir apprendre l'anglais, si il y a bien une chose que j'admire c'est la passion que les gens ont pour cette langue, et dans un sens c'est presque flatteur. Mais ce qui me pose en revanche problème, ce sont les gens qui ne saisissent apparemment pas trop ce que signifie réellement étudier à l'étranger.

Pour être précis sur ce que je fais ici, dans mon cas en Espagne, eh bien je suis venu pour parler espagnol. Cependant, parce que j'ai parfois un peu de mal avec certains mots espagnols bizarres et à cause de ce désir insatiable de parler anglais avec un Anglais de souche, vous vous retrouvez bien plus souvent que prévu à parler la langue que, étant votre langue maternelle, vous possédez déjà plutôt bien.

Comme je l'ai dit, je n'ai aucun problème avec les gens qui veulent pratiquer et améliorer leur anglais, je serais même plus qu'heureux d'aider... Mais venez juste en Angleterre pour le faire. Je me suis plongé dans un autre pays, entouré de lieux et de personnes que je ne connais pas, et tout ça dans le but de mieux parler espagnol. Oui, parler anglais quelques fois durant les premières semaines peut aider à nous mettre à l'aise nous les Britanniques dans un nouveau pays, nous faire sentir chez nous, mais passées ces premières semaines, et je pense que je parle au nom de beaucoup, parler espagnol serait sympa aussi.

Pour éviter de ressembler à l'Anglais excessif, colérique et ennuyant que beaucoup de gens pensent que nous sommes, je dois préciser que je ne prétends pas que personne ne parle espagnol avec moi, loin de là. Mais tout de même, aussi difficile à croire que ça puisse être, le plus dur en Espagne, c'est de parler espagnol. Il y a eu une soirée en particulier, malgré un début pourtant réussi tout en espagnol, qui m'a prouvé à quel point ça pouvait un défi.

Je suis allé au BadulaKe, la boîte préférée des étudiants ici, et malgré ma confiance et mon hypothétique capacité à parler de mieux en mieux la langue sous l'effet de l'alcool, je n'ai pas eu l'occasion de montrer mon célèbre espagnol de bourré, car absolument personne ne m'a répondu dans la même langue. Filles ou garçons, étudiants ou pas, ça ne changeait rien. À chaque fois que mon exubérante façon de danser a débouché sur une conversation, peu importe à quel point mon espagnol sonnait bien, une fois que les formalités d'usage étaient dites et que les gens découvraient que j'étais Anglais, c'était fini. J'étais vaincu. Et comme le nombre de personnes voulant parler anglais dépassait le nombre de celles voulant parler espagnol (juste moi, en fait), j'ai finalement réalisé que mon combat était perdu d'avance, et pour continuer à me faire des amis comme le veut l'esprit Erasmus, et ne pas passer pour un fanatique de l'espagnol borné, j'ai abandonné, revenant à l'anglais que tout le monde, à ma grande déception, voulait tellement entendre.

oui-je-suis-anglais-et-non-ne-peut-pas-l

Mais comme je l'ai dit, ce fut seulement un incident isolé, et la plupart des gens étaient contents de supporter mon espagnol hésitant pour m'aider à l'améliorer. Le propos de cet article n'est pas de pousser un coup de gueule, même si certains sont en droit de penser que je l'ai pas mal fait, mais de faire savoir à tous ceux qui se sentent piégés par leur héritage anglophone que nous avons tous ressenti ça à un moment ou un autre.

Pour faire d'une pierre deux coups, je m'adresse aussi à tous ceux qui veulent apprendre l'anglais et l'améliorer, en quelque sorte pour les aider. Pas seulement parce que c'est le meilleur article que vous avez lu de votre vie (la modestie est naturelle chez moi), mais aussi parce que vous y apprendrez peut-être quelques nouveaux mots ou vous pourrez juste vous imprégner un peu de la langue, et surtout pour que vous vous rendiez compte de ce que peuvent ressentir vos amis Anglais quand vous les harcelez pour qu'ils parlent dans leur langue maternelle.

Encore une fois, je n'en veux à personne, bien que le titre sous-entende à quel point je suis agacé. Je veux juste que les gens se souviennent d'une chose. Que quelqu'un soit venu en Espagne pour étudier, pour travailler ou autre, surtout en ce qui concerne les Erasmus, il le fait probablement dans l'attente, et même dans l'espoir de parler espagnol et de s'améliorer dans cette langue.


Galerie de photos



Contenu disponible dans d'autres langues

Commentaires (0 commentaires)


Vous voulez avoir votre propre blog Erasmus ?

Si vous vivez une expérience à l'étranger, si vous êtes un voyageur passionné ou si vous voulez faire connaître la ville où vous vivez... créez votre blog et racontez vos aventures !


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !