Sólheimasandur


  - 1 avis

L’épave de l’avion écrasé à Sólheimasandur, en Islande

Traduit par Inès Fernandes — il y a 2 ans

Texte original par I love travelling !

Salut à tous!

Dans cet article je vais vous parler de l’épave de l’avion écrasé à Sólheimasandur, en Islande.

J’ai eu l’occasion de la voir durant mon deuxième voyage en Islande, de seulement trois jours et demi. Paradoxalement, durant mon premier voyage, qui a duré bien 10 jours, je n’avais pas eu le temps de la voir. Il y a deux raisons à cela : tout d’abord, lors du premier voyage j’ai fait le tour de toute l’île et donc il est clair que j’ai eu moins de temps pour m’arrêter à chaque étape. De plus, c’était l’hiver, j’avais donc également beaucoup moins d’heures de lumière à disposition… et quand je suis passée à côté de Sólheimasandur, il commençait déjà à faire nuit… j’ai donc décidé de ne pas m’y arrêter et j’ai poursuivi en direction de Vík, en renonçant également à une halte sur le promontoire de Dyrhólaey. Arrivée à Vík, je me suis arrêtée une petite heure dans un gros magasin que vous trouverez proche de la station d’essence. À l’intérieur il y a de tout, même un grand supermarché, de beaux toilettes, des prises de courant pour recharger vos téléphones, et bien évidemment des magasins de souvenirs, des magasins de vêtements, des magasins pour accessoires techniques et thermiques, pour la neige, etc.

Après quoi je suis retournée dormir sur la plage noire de Reynisfjara… c’est ainsi que le matin suivant je l’ai vue à la lumière du jour, puis je suis repartie en direction du Parc national de Skaftafell.

Mais revenons-en à nous… et à l’épave de l’avion écrasé à Sólheimasandur.

Sólheimasandur est un territoire situé au sud-ouest de l’Islande, peu après la plus connue Skogar, qui est considérée comme une étape obligatoire pour admirer la magnifique cascade de Skógafoss. Et bien à cinq minutes environ de la cascade, vous trouverez sur votre droite, le long de la Ring Road, une espèce de parking (vous pouvez lire ici l’article que j’ai écrit au sujet de la magnifique et principale route islandaise).

Vous ne trouverez aucune indication pour l’avion, mais il y aura des voitures garées et personne dans les parages, alors garez également votre voiture et empruntez le chemin sur la plage, en vous dirigeant vers la mer. Vous devrez parcourir environ 4 kilomètres, sans même malheureusement arriver à voir l’océan. Nous, nous avons mis environ cinquante minutes, en marchant à un rythme normal. Néanmoins, et contrairement à ce qui est écrit sur certains blogs, le parcours est facile et vous ne pourrez absolument pas vous tromper ou vous perdre. Vous verrez des bâtons en bois qui le délimitent et vous n’aurez qu’à marcher et marcher, jusqu’à voir l’épave de l’avion, sur votre gauche. Il est probablement déconseillé d’y aller les journées de grand vent, car vous pourriez vous retrouver dans une tempête de sable… même chose concernant les journées d’hiver car vous pourriez vous retrouver dans une tempête de neige.

Il semblerait que l’avion (un Douglas DC-3 de la US Navy) ait été contraint à un atterrissage d’urgence, le 24 novembre 1974, sur cette plage perdue. Il semblerait également que toutes les personnes à bord aient survécu à l’impact et qu’elles aient réussi à se mettre à l’abris, en abandonnant l’avion sur place. Aujourd’hui, après quarante ans, son épave est encore là et elle est devenue un parfait sujet pour de très belles photos, ce qui fait de la plage de Sólheimasandur un lieu très apprécié par les touristes, surtout chez les photographes professionnels. Parmi les personnes qui étaient avec moi, les photographes et mon fils ont été ceux qui ont le plus profité de cette visite. Elle n’a pas plu à certains, et une personne a même directement préféré rester dans la voiture car ses pieds le faisaient un peu souffrir. Dans tous les cas, c’est assurément une destination très singulière, et d’après moi, elle mérite sans le moindre doute une visite, du moment que vous avez assez de temps pour.

Sur internet, j’ai lu qu’un agriculteur d’une ferme située dans les parages avait emporté les ailes et la queue pour les revendre à un mystérieux collectionneur, probablement des alentours puisqu’il s’agit d’objets difficilement transportables, et encore plus de manière illégale.

De plus, il y a d’autres aspects qui n’ont jamais étaient éclaircis au sujet du sinistre de l’avion, comme la cause de l’atterrissage d’urgence, en plus de la date exacte de l’accident. La marine militaire américaine a déclaré que l’incident avait eu lieu le 24 novembre 1973, tandis qu’il paraît que pour certains habitants islandais il s’agissait du 23 novembre, et que pour d’autres c’était le 21 novembre.

En juillet 2015, un groupe de vandales a peint son sigle à la peinture rouge, sur le flanc droit de l’épave de l’avion, suscitant l’indignation des habitants locaux et la grande déception des touristes venus seulement après. Par chance, les pluies abondantes ont déjà presque complètement effacé la peinture.

Voici pour vous quelques photos :

la-carcassa-dellaereo-caduto-solheimasan

la-carcassa-dellaereo-caduto-solheimasan

la-carcassa-dellaereo-caduto-solheimasan

la-carcassa-dellaereo-caduto-solheimasan

Durant notre expédition à l’épave de l’avion écrasé à Sólheimasandur, j’ai vécu un moment horrible. Je vais vous raconter ce qu’il m’est arrivé, de telle sorte que vous puissiez vraiment suivre! Je portais un blouson dont les coutures des poches étaient déchirées et donc, à mi-chemin, j’ai eu l’idée de changer les clés de place et de les mettre dans la poche de mon jean, les croyant plus en sûreté. En réalité… de retour à la voiture… je me suis aperçue que j’avais perdu les clés! Je voulais mourir. En proie à la panique, je ne parvenais même pas à trouver le numéro de l’agence auprès de laquelle j’avais loué la voiture. Il m’a fallu quelques minutes puis j’ai réussi à les appelés et je leur ai demandé quelle était la procédure. Ils m’ont dit qu’ils allaient me rappeler d’ici quelques minutes. Entre-temps, avec deux volontaires, nous sommes retournés en arrière et nous avons commencé à chercher les clés. Nous étions presque à mi-chemin quand le type de l’agence m’a rappelée et m’a donné la terrible nouvelle : même si j’avais payé l’assurance complète, les clés n’étaient pas comprises et j’allais devoir payer la belle somme de 700 euros, en plus de devoir attendre au moins trois heures leur arrivée. J’étais, c’est peu de le dire, désespérée, et toujours plus en proie à la panique. Je me trouvais encore au téléphone avec le type de l’agence, mais je ne savais même plus quoi lui dire… quand soudain… dans la direction opposée à la nôtre, deux garçons se dirigeaient vers nous, un trousseau de clés à la main. Les deux personnes qui m’accompagnaient leur ont immédiatement demandé s’ils avaient trouvé ces clés parterre et ils ont répondu que oui. J’ai commencé à hurler de joie! J’ai hurlé au type qui était à l’autre bout du fil : "I found it! I found it! ". Puis j’ai raccroché et j’ai pris dans mes bras les deux garçons qui avaient trouvé les clés. Je leur ai offert la seule chose que j’avais sur moi : deux barres de chocolat (KitKat), et nous sommes retournés heureux à la voiture…

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une belle promenade jusqu’à l’épave de l’avion écrasé à Sólheimasandur!

Ps : Les coordonnées GPS exactes sont : 63°27'32. 8"N, 19°21'53. 2"W.

Bonne chance à vous !

Galerie de photos



Contenu disponible dans d'autres langues

Donnez votre avis sur cet endroit !

Connaissez-vous Sólheimasandur ? Donnez votre avis sur cet endroit.


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !