Les transports à Dakar

Les transports au Sénégal peuvent paraître effrayant (bondés, sans trajets fixes, on s'y perd). Mais j'ai de bons souvenirs de tous les trajets que j'ai fais et en trois mois j'ai eu seulement une mauvaise expérience et c'était avec un taxi non pas avec un bus.

Pour circuler en ville:

La première chose qui frappe lorsqu'on arrive au Sénégal ce sont les couleurs. Tout est coloré, la route est recouverte de sable jaune, les bus sont peints en bleu, orange, vert, d'autres bus (ceux officiels) sont bleus.

Les femmes portent des robes réalisées avec le tissu traditionnel de là-bas, las wax qui contient plein de motifs et de couleurs différentes. C'est assez flippant d'ailleurs parce que quelques femmes portent des robes blanches et... elles restent blanches toute la journée! Je me demandais comment elles faisaient avec tout ce sable et la crasse. En réalité elles se changent deux à trois fois par jour et elles ont des robes identiques en plusieurs exemplaires.

Source

Alors, pour les bus il faut un peu de temps pour s'y retrouver à vrai dire. Car il y en a partout, ils n'ont aucun numéros et c'est le bordel pour résumer en un mot.

  • D'abord il y a les grands bus bleus avec un numéro: ceux-là ce sont les bus publics. Le billet coûtait à l'époque quince centimes, je suppose qu'aujourd'hui ce sera un peu plus, vingt/trente centimes d'euros, à savoir deux cents francs CFA quelque chose comme ça.

    Il faut connaître l'itinéraire de mémoire car bien qu'ils aient des numéros je n'ai personnellement jamais vu de carte des trajets qu'ils suivent. Le numéro huit était à l'époque le bus qui allait à l'aéroport. Cependant vous devez savoir que s'il n'y pas de carte, il n'y a pas non plus d'horaire! Donc par exemple vous allez peut-être avoir deux bus qui se suivent à dix minutes d'écart, puis plus rien pendant une ou deux heures!

    C'est ça l'Afrique, on apprend à être patient! Du coup personnelement j'avais toujours un livre sur moi et je lisais beaucoup... Presque tous les bus passent dans le centre. Il y a des arrêts marqués par un panneau bleu ou parfois il n'y a rien d'écrit dessus. Parfois il n'y a pas de panneaux du tout... Il faut demander aux gens qui habitent la zone... Niveau confort c'est pas mal, ces bus-là on des sièges mais le problème est qu'en général ils sont bondés.

  • Source

  • Ensuite il y a les bus multicolore (c'est comme ça que je les appelais, j'ai oublié le nom en wolof). Ce sont les mêmes que sur la photo ci-dessus. Un trajet coûte cinquante ou cent CFA (enfin il y a quelques années de celà donc maintenant peut-être un peu plus). Ca dépend du trajet que vous faites. Vous montez à l'arrière du véhicule, et il y a trois banquettes de fer contre les parois du camion. Beaucoup de gens sont debout en équilibre. Faites attention à vos effets personnels! Je me suis fait volé trois jours avant mon retour dans un bus comme ça parce qu'on est tellement serré les uns aux autres qu'on ne se rend compte de rien quand quelqu'un met la main dans notre sac. Mais soi dit en passant, c'est la seule fois où j'ai été volé, je n'ai jamais eu aucun problème de violence ou de vol à Dakar contrairement à ce qu'on dit. Ce n'est pas dangereux du tout selon moi. (Bon je ne me balladais pas en minijupe la nuit non plus... soyons clair... ).

    Comment savoir où vont ces bus qui semblent s'arrêter partout (ou ne pas s'arrêter du tout, le principe est de ne pas arrêter l'engin donc parfois il ralentit et à vous de sauter dedans! Idem pour sortir! ). Vous verrez qu'il y a des bus qui sont toujours au même endroit fixe.

    Par exemple j'en avais un au coin de ma rue. Je sais qu'il allait vers le marché Sandaga. Du coup quand je voulais y aller je le prenais. Sinon le gars qui récolte l'argent à l'arrière crie des destinations. Parfois vous entendez celle que vous voulez. Plus tard je demandais directement à tous les bus: "Sandaga? Sandaga? " et le gars me répondait oui ou non. Si oui je montais. Aussi simple que ça. Comme la ville est divisée en quartiers, vous dites le nom du quartier tout simplement. Sinon pour les adresses plus précises il vaut mieux y aller en taxi. C'est le troisième moyen de transport.

  • Les taxis- les taxi sont partout à Dakar, vous ne pouvez pas les louper, ils sont jaunes comme à New York et noir. Vous pouvez le voir sur cette photo. Pas de compteur évidemment donc mieux vaut connaître les prix à l'avance. Pour cela demander à des gens qui ont vécu là-bas ou des amis sénégalais. Ca dépasse très rarement les deux milles CFA, trois euros. En général c'est 500 CFA (à l'époque du moins), c'est-à-dire septante-cinq centimes pour des trajets de deux-trois quartiers. Je n'allais jamais au centre ville en taxi, je prenais le bus. En plus la circulation est horrible on ne peut jamais prévoir le temps qu'on va mettre. Les taximan sont souvent sympa, ils font la causette c'est chouette. Pas comme chez nous où ils tirent tous la tête.

Source

Pour circuler dans le pays:

Pour circuler dans le pays vous devez vous rendre à la gare routière. La gare des bus, c'est un grand parking bordélique où il y a des centaines de voitures/bus/camionettes "garés" là qui attendent des passagers et de se remplir. A l'arrivée tout de suite des gens vont venir vous demandez où vous allez et vont essayer de vous choper pour que vous alliez avec eux. Dites simplement la destination et ils vous conduiront à un véhicule. Si vous voulez payer moins cher allez en bus. Sinon en voiture-taxi (ça reste très honnête niveau prix, comme toujours, je me souviens d'avoir traversé tout le Sénégal et d'être aller jusqu'à la frontière de la Gambie pour six ou sept euros). Voici une photo de la gare routière:

Source

Vous voyez, quand je vous disais que c'était le bordel!

Les bus sont clairement moins confortables que les voitures. Dans les voitures ne vous attendez cependant à rien de luxueux. Toit cassé, pas d'air conditionné, de la musique sénégalaise à fond pendant tout le trajet. Un conseil: laissez votre bouteille d'eau (congelée de préférence si c'est possible) dans un sac de plastique noir à vos pieds. Etonnement bien que ce soit noir, ça garde l'eau fraîche.

Si vous allez loin il faudra changer de bus. Pour cela demandez avant de partir à un sénégalais qu'il vous explique. Ensuite vous arrivez à une autre gare routière et vous reprenez un autre bus (toujours dans l'attente qu'ils se remplissent pour partir) ou une voiture-taxi.

Source

J'ai fais beaucoup de trajets de cette façon aussi bien en bus qu'en voiture. J'ai eu une seule fois une petite blague: on allait à Bamboung, une zone naturelle protégée et un site de vacances équitable et écologique pour un week-end. C'était la route de la Gambie donc on s'est retrouvé dans la voiture avec deux grosses femmes qui allaient en Gambie.

Nous on s'arrêtait avant, trois bonnes heures avant la frontière, pour aller à Bamboung. Arrivés dans le Sine Saloum (nom de la région) nous étions attentives pour voir où il fallait s'arrêter. On a commencé à demander au chauffeur de rouler un peu moins vite mais il faisait mine de ne pas comprendre. Il avait l'intention de nous amener jusqu'en Gambie et de ne faire aucun arrêt! On a vu une pancarte avec "Bamboung" écrit et on lui a demandé de s'arrêter. Il a refusé en disant qu'il allait juste en Gambie. On s'est énervée et ça a un peu dégénéré. On voulait qu'il s'arrête mais lui voulait de l'argent. Finalement il s'est arrêté, nous sommes descendues et refusions de lui donner plus que le trajet qu'on avait déjà payé (c'est comme ça, on paie à l'avance). Car ce n'est pas ce que nous avions convenu avec son "patron".

Un gardien de la paix ou un espèce de militaire était là, dans le petit village paumé au bord de la route où on était. Il a donné raison au conducteur allez savoir pourquoi et on a finalement donné trois euros au type pour qu'il nous laisse tranquille. C'était plus pour le principe que pour l'argent, et c'était sentie fait voler. Mais bon, c'est la seule fois où on a piqué un petit stress et c'est vite passé. Pour le retour on a choppé un bus sur le bord de la route :D

Notez qu'il y a aussi le bateau et l'avion par exemple si vous voulez aller plus loin dans les terres ou en Casamance (la partie du sénégal qui est en bas de la Gambie).


Galerie de photos



Contenu disponible dans d'autres langues

Commentaires (6 commentaires)

Vous voulez avoir votre propre blog Erasmus ?

Si vous vivez une expérience à l'étranger, si vous êtes un voyageur passionné ou si vous voulez faire connaître la ville où vous vivez... créez votre blog et racontez vos aventures !


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !