Advertise here

Top 10 des bizarreries allemandes

Lorsque l’on vit dans un pays étranger, le choc culturel peut être plus ou moins grand, mais on remarque dans tous les cas des différences avec son pays d’origine. En l’occurrence, même si l’Allemagne est relativement similaire à la France, plusieurs détails ont tout de même attiré mon attention. Si vous souhaitez y effectuer un Erasmus, voici quelques informations utiles sur les habitudes (bonnes ou mauvaises, c’est à vous d’en juger) des Allemands, qui ont jusqu’à maintenant marquée mon séjour outre-Rhin.

1. Une passion malsaine pour l’eau gazeuse

Cet avis n’engage naturellement que moi, mais, personnellement je n’aime pas l’eau à bulles. Voilà, c’est dit. Ce qui en France, ne m’a jamais posé de problèmes en particulier, puisque l’eau plate constitue plutôt la norme. Mais il se trouve que la consommation d’eau plate en Allemagne est quasiment inexistante! Certes, la carafe d’eau dans les restaurants reste plutôt une exception française, mais de là à recevoir de l’eau gazeuse alors qu’on avait spécifiquement commandé de l’eau plate (non sans avoir auparavant vérifié comment dire ça correctement en allemand), il y a une marge. D’autant plus que l’eau du robinet est parfaitement potable.

Evidemment cette habitude se retrouve également dans la consommation de sodas : il est presque impossible de commander des boissons sans bulles (à part éventuellement des jus de fruits, et encore, les versions gazeuses existent également). Il m’est même arrivé de commander un Ice Tea, et de découvrir à l’occasion qu’une version gazeuse existe également… puisque c’est ce qu’on m’a servi. Un conseil donc, si vous n’êtes pas fan des boissons gazeuses : méfiez-vous et retenez bien la différence entre « stilles Wasser » et « sprudel Wasser »!

Source

2. L’obsession pour le liquide et les « EC-Karte »

Etonnamment, alors que l’Allemagne est l’un des pays les plus développés de l’Union européenne, le paiement par carte bancaire peut parfois s’avérer compliqué. D’une part, les Allemands semblent avoir une relation particulière avec le liquide. Il est en effet nécessaire de toujours se déplacer avec un peu de liquide sur soi, car il est parfois impossible de payer par carte bancaire (par exemple dans les boulangeries ou dans les cafés).

D’autre part, certains magasins n’acceptent que les « EC-Karte », des cartes de crédits que vous ne pouvez avoir que si vous possédez un compte dans une banque allemande (ce qui est plutôt rare pour un étudiant Erasmus). Et même si cela peut paraître surprenant de ne pas pouvoir payer avec une carte Visa ou MasterCard, il faut faire avec. A titre de comparaison, j’ai eu moins de problèmes pour payer par carte lors de mon semestre en Roumanie qu’en Allemagne.

Conclusion : pensez toujours à avoir un peu de cash sur vous, cela pourra vous sauver si vous crevez d’envie d’acheter une pâtisserie!

3. L’empressement aux caisses de supermarchés

Pour rester dans le thème des courses, il existe un autre détail de la vie quotidienne en Allemagne qui me dérange : lors du passage à la caisse au supermarché, on a souvent l’impression de devoir se dépêcher comme si sa vie en dépendait. En effet, la plupart du temps, on a à peine le temps d’empiler ses achats dans son sac avec précipitation, ou même de les remettre dans son caddie pour pouvoir les ranger un peu plus loin, de façon à pouvoir prendre son temps. Visiblement, l’adage « Le temps c’est de l’argent » est pris très au sérieux en Allemagne. Prenez donc garde à ne rien oublier à la caisse lorsque vous irez faire vos courses.

Source

4. L’attente au feu rouge

Alors que dans certaines situations, les Allemands n’ont, de toute évidence, pas de temps à perdre, d’autres situations au contraire, mettent en valeur leur patience. Les voitures semblant être plus importantes que les piétons en Allemagne, je peux comprendre la prudence qui les poussent à attendre que le feu passe au vert, du moins en journée, lors qu’il y a du trafic. Cependant, ils sont également nombreux à attendre de nuit au feu rouge, alors qu’aucun phare n’est visible à l’horizon. Cela dit, il faut souligner que les amendes sont apparemment salées pour les piétons (ainsi que pour les cyclistes) qui traversent la rue alors que le feu n’est pas encore au vert. Un conseil donc, si vous voulez éviter de payer : imitez les Allemands, même si cela met à mal votre patience.

Il faut également préciser que les feux rouges destinés aux piétons durent plutôt longtemps (du moins d’après mon expérience). En revanche, la durée du feu vert est presque inexistante, et ce, même si on marche d’un bon pas. Tout en Allemagne semble indiquer que les voitures sont prioritaires aux piétons, et il vaut donc mieux être attentif lorsque l’on se déplace à pied.

5. La difficulté de trouver chaussure à son pied

Littéralement. Même si cette particularité ne concerne probablement que très peu de personnes, le monde mérite de savoir. Je chausse un petit 35-36, et il est dans ce cas très difficile de se chausser. Pas la peine d’espérer trouver une paire en 35 chez les femmes. Il s’agit déjà d’une entreprise compliquée en France, mais en Allemagne, c’est mission impossible. Il faut souligner que même chez les enfants, les pointures peuvent aller jusqu’au 39… L’Allemagne n’est apparemment pas un pays adapté aux gens de taille inférieure à la moyenne. Je souhaite donc bon courage à tous les petits pieds qui parcourront ses rues.

Source

6. Le fameux « Abendbrot »

Tradition allemande, le fameux « Abendbrot » (littéralement, « pain du soir ») se décline en fait à tous les repas. Même si les Français sont particulièrement fiers de leur pain, les Allemands n’ont rien à leur envier. Les Brötchens (petits pains) notamment, sont savoureux. C’est sûrement pourquoi on les retrouve parfois au petit-déjeuner, déjeuner et dîner. D’après mon expérience, le pain est la plupart du temps accompagné de fromage et de charcuterie, voire d’une pomme de terre bouillie, d’une tomate ou d’un concombre. C’est pour ma part, une tradition que j’apprécie, et cela ne fait pas de mal de temps en temps de se contenter d’un repas frugal. Evidemment, la cuisine allemande a bien plus à offrir, mais le « Abendbrot » reste quelque chose de très culturel.

7. Les barbecues en hiver

Une autre tradition allemande relative à la nourriture est celle des barbecues (« Grillen » en allemand. La saison des barbecues commence pour eux dès le printemps et les premiers rayons de soleil. Il est alors commun de voir les Allemands faire griller des Bratwurst et autres saucisses dans les parcs publics de la ville. Cependant, certains s’entêtent à faire perdurer cette tradition tout au long de l’année, même pendant la mauvaise saison. Depuis mon arrivée en Allemagne en septembre dernier j’ai donc déjà eu l’occasion de participer à un barbecue rendu très complexe par le vent qui soufflait et le froid glacial, ou encore un autre que personne n’a voulu repousser, et ce même s’il s’était mis à pleuvoir.

Source

8. Le pourboire

Une des habitudes positives qu’ont adoptées les Allemands est celle de toujours laisser un pourboire au restaurant. En effet, si, d’après mon expérience, ce n’est pas vraiment une coutume en France (même si évidemment certaines personnes le font), en Allemagne, il est vraiment très mal vu de ne pas laisser un pourboire lorsque l’on va au restaurant. La somme du pourboire que vous laisserez devrait représenter environ 10% de la note finale. Vous êtes prévenus, alors essayer de ne pas oublier!

9. L’habitude des tot bags pour faire les courses

Continuons un peu sur la lancée des bonnes habitudes des Allemands : la plupart, quand ils vont faire leurs courses, se déplacent avec un tot bag en tissu ou avec d’autres alternatives de sacs réutilisables (sacs à dos, caddies en tissu, etc. ). A une époque où le plastique est partout il s’agit d’un geste que chacun ferait bien d’imiter. En Allemagne il est également commun de prendre les légumes qui ne sont pas pré-emballés sans sac plastique supplémentaire. C’est ici totalement normal et vous ne recevrez aucun regard bizarre à la caisse si vous y déposez vos fruits et légumes tels quels. Il s’agit en l’occurrence de très bonnes habitudes à prendre, et nous devrions tous prendre exemple sur les Allemands et protéger un peu plus notre belle planète.

10. Le tri plus poussé

Le tri et le recyclage des déchets est également fortement ancré dans la culture allemande. Le tri est en effet plus poussé que ce que l’on fait en France. En Allemagne, il n’est pas rare (voire carrément normal) que chaque foyer ait quatre poubelles différentes. Une pour le plastique (bac jaune), une pour le papier (bac bleu), la « Bio-Müll » pour le compost (bac marron) et la « Rest-Müll » et bien… pour le reste (bac noir). Le système peut sembler assez compliqué au début, mais on finit par s’y habituer. Il faut juste penser à changer votre Bio-Müll régulièrement, sinon les moucherons risquent d’envahir votre cuisine très rapidement. Si vous vivez en colocation, particulièrement avec d’autres étudiants internationaux, pensez également à établir des règles claires dès le début, même en ce qui concerne le tri.

Source

Découvrir toutes ses petites choses qui font l’âme d’un pays fait partie de toute expérience à l’étranger. Maintenant c’est à vous de découvrir tous les petits détails qui constituent les sous-couches de la culture allemande !


Galerie de photos



Contenu disponible dans d'autres langues

Commentaires (0 commentaires)


Vous voulez avoir votre propre blog Erasmus ?

Si vous vivez une expérience à l'étranger, si vous êtes un voyageur passionné ou si vous voulez faire connaître la ville où vous vivez... créez votre blog et racontez vos aventures !


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !