Advertise here

10 jours à Berlin ou comment j'ai perdu la notion du temps - Partie 1


L'Italie est mon pays de coeur. Mais si je devais vivre dans une autre ville européenne en dehors de l'Italie, je choisirais Berlin. J'y suis restée pendant 10 jours en vacances, et cela ne m'a pas suffi.

La raison de mon voyage à Berlin, à part de faire la touriste, était essentiellement de retrouver en été certains amis que je m'étais faits au cours de l'année précédente en Italie. Par conséquent, il s'agissait plus de s'amuser que de faire du tourisme en tant que tel, parce que, à partir du premier jour où nous avons été réunis, notre priorité a été d'aller trinquer et célébrer nos retrouvailles.

Pourquoi Berlin? me direz-vous. Je crois que vous vous doutez de la réponse. C'est une ville célèbre pour sa vie nocturne et ses fêtes intenses. Un endroit qui offre énormément d'alternatives pour profiter des nuits, et ce pour tous les goûts et besoins.

Nous étions à la recherche de divertissement, de fêtes démentes et de nuits blanches. Pour cela, nous devions sortir d'Italie. Et sans surprise, Berlin nous a fourni tout ce dont nous rêvions, avec ses longues nuits de fête, qui parfois en venaient même à durer plus d'une journée. Vous y croyez vous? En Italie tout ferme très tôt, mais à Berlin il y a des lieux qui sont ouverts jusqu'à 3 jours non-stop. C'était de la folie. J'ai complètement perdu la notion du temps. Il nous est arrivé de rentrer en boîte de nuit à 3h du matin, d'en ressortir à 20h, d'arriver à la maison, de prendre une douche et de ne pas savoir si le prochain repas était censé être le petit-déjeuner, le déjeuner ou le dîner. Voilà à quoi ressemblèrent mes journées à Berlin. Il était inutile de demander l'heure, personne n'était capable de répondre avec exactitude. Et mieux vaut laisser vos montres à la maison.

10 jours à Berlin ou comment j'ai perdu la notion du temps - Partie 1

Jour 1

J'ai pris un avion au départ de Rome. À l'aéroport, j'ai rencontré deux Australiens qui se rendaient également à Berlin. Au moment de l'atterrissage (aux environs de 10h du matin), nous étions déjà presque amis pour la vie. Ils allaient loger dans une auberge de jeunesse, tandis qu'une réservation à l'hôtel m'attendait, mais ce dernier était très proche de leur auberge. Par conséquent, nous avons décidé de nous retrouver après avoir déposé nos affaires, afin d'aller se promener ensemble et d'explorer le quartier où nous étions: Berlin Mitte.

Entre temps, j'ai averti quelques amis à Berlin que j'étais déjà arrivée. Le reste de ceux qui devaient nous rejoindre ne devaient arriver que quelques jours plus tard, par conséquent, nous avons d'abord décidé de nous retrouver avec ceux qui étaient déjà sur place à ce moment là. Notre programme consistait à aller dans un bar situé à Mitte même. Je n'ai eu aucun problème à arriver au lieu de rendez-vous, puisque j'avais déjà certains repères après m'être promenée dans la zone la veille avec les Australiens.

Une fois réunis avec mes amis, nous nous sommes racontés nos vies et ce que nous avions manqué, comme vous pouvez vous en douter. Nous ne nous étions pas vus depuis deux mois, et chacun commença donc à raconter ses aventures. Les heures s'écoulèrent, de même que les verres.

Jour 2

Tout à coup il était déjà 2h du matin. Comment avons-nous pu passer presque 7 heures là-bas sans nous en rendre compte? Et je dois dire que, sans l'énorme horloge du bar, nous n'aurions jamais percuté à quel point il était déjà tard. Mais la nuit ne s'est pas arrêtée là.

Les amis avec qui j'étais vivaient depuis un mois à Berlin, donc ils avaient déjà appris à connaître la ville, ses attractions, et bien sûr, ils connaissaient des endroits où la fête est interminable. Bientôt l'un d'entre eux déclara:

"Ta tenue est parfaite pour l'endroit où nous irons faire la fête pour te souhaiter la bienvenue".

Même si, hônnetement, ma tenue était effectivement très cool, sur le moment je n'ai pas compris ce que cet endroit devait avoir de spécial pour qu'il m'ait dit cela. En plus du fait de venir de la part d'hommes, cela m'a surpris qu'ils m'aient dit que ma tenue leur plaisait. Au final, nous sommes sortis du bar pour aller ailleurs, dans un club bien entendu, mais ils n'ont pas voulu m'en dire plus.

Il s'est avéré qu'il ne s'agissait pas seulement de me souhaiter la "bienvenue", ils voulaient en faire toute une surprise et ne voulaient rien me dire avant que je ne découvre tout de mes propres yeux. Ils m'ont seulement dit que cela allait me plaire, et comme ils me connaissent bien, je ne me suis pas prise la tête pour essayer de résoudre le mystère de l'endroit où nous nous rendions à cette heure matinale. Je leur ai simplement fait confiance sur le fait que je passerais une nuit fantastique et que l'endroit me plairait.

Nous sommes arrivés à la boîte de nuit vers 3 heures du matin. Nous avons intégré la queue, qui n'était heureusement pas très longue, peut-être avec une dizaine de personnes devant nous seulement. Soudain, je vois genre la moitié de ces garçons sortir de la queue, le regard baissé, l'air honteux. On leur a refusé l'entrée. Et je ne comprenais pas vraiment pourquoi, pour être honnête. Ils avaient l'air sobres et décents. Il s'agissait de touristes américains, c'était clair... Probablement ont-ils essayé de faire un scandale et on leur a refusé l'accès.

Ensuite, vint notre tour. Je me sentais confiante que nous n'aurions aucun problème. Pourquoi nous refuseraient-ils l'entrée? Nous ne ressemblions certainement pas aux autres, dont on aurait dit que, avec le tapage qu'ils ont fait, c'était la première fois qu'ils allaient dans un club.

Au final, il me semble que nous avons payé environ 10 euros, et ils nous ont laissé passer. Un des employés m'a demandé de déposer mon téléphone portable et mes vêtements dans un casier. Mes vêtements? Comment ça, pourquoi? Je voulais lui demander de répéter ce qu'il avait dit parce que cela m'avait surpris et je pensais que je n'avais peut-être pas bien entendu, jusqu'à ce que je me retourne et voie mes amis en boxer... Je commençai alors à comprendre dans quel genre d'endroit nous étions. Les deux personnes derrière nous dans la file, qui sont passés juste après nous, ont également commencé à enlever leur vêtements immédiatement après être entrés. Cela se voyait qu'il s'agissait de clients réguliers de l'endroit. Ils avaient une tenue exotique et dans le genre fétichiste. Ils savaient déjà comment ça marchait.

Apparemment, c'était une soirée spéciale à KitKat . Il y avait un certain code vestimentaire et de toute évidence, ce n'était pas rien. Tous portaient une tenue fétichiste, et certains avaient même décidé de rester tels que que Dieu les avait créés. Il devint clair pourquoi le téléphone portable devait également être rangé dans le casier avec le reste de nos affaires.

Ce n'est pas comme si j'étais habituée aux endroits comme celui-ci, évidemment, cela ne m'est jamais venu à l'esprit que nous nous retrouverions dans un endroit si particulier. Je pensais que nous irions dans un club normal semblable à n'importe quel autre. Mais il était évident que mes amis cherchaient à me faire une bonne surprise, à me sortir de ma zone de confort, et ils ont réussi.

À peine entrés à l'intérieur, nous avons commencé à rencontrer des gens et à danser un peu sur de l'électro-techno. Vous vous rendrez compte que ce n'est pas un club comme les autres, où vous dansez toute la nuit jusqu'à ce que vous ne sentiez plus vos pieds. En réalité, la plupart des gens sont répartis entre les différentes salles de danse, la piscine et les autres zones dont KitKat dispose pour d'autres genres d'activités.

Après avoir commencé à danser avec mes amis, j'ai fini par danser comme par magie avec d'autres inconnus. Avec un en particulier, qui disait être Français. Beau, grand, c'est là que l'amusement a commencé. J'ai passé presque tout mon temps avec lui. Il était avec plusieurs amis et il me les a tous présentés. Et nous déplaçant constamment d'une pièce à l'autre, j'ai fini par retrouver mes amis, qui s'étaient également fait de nouveaux amis et qui me les ont aussi présentés.

Je dirais que ce jour-là, j'ai facilement fait la connaissance d'une vingtaine de personnes. Certains locaux, mais la plupart étaient des étrangers. Indubitablement, KitKat est un club extrêmement célèbre à Berlin. Ma surprise m'a plue, et honnêtement, j'ai passé un très bon moment ce jour-là. Tellement bon, que nous avons de nouveau perdu la notion du temps. Quand j'ai décidé de rentrer à l'hôtel, j'ai aperçu par de légères lueurs de soleil dans un ciel un peu sombre. C'était très déroutant parce que je ne savais pas à quel point s'il était tôt ou tard.

10 jours à Berlin ou comment j'ai perdu la notion du temps - Partie 1

Arrivée à la réception, je ne savais même pas comment les saluer: bonjour, bon après-midi, bonsoir?

J'ai donc opté pour un simple "Hallo!", et, un peu honteuse de porter la même tenue que la veille, j'ai accéléré le pas.

Je suis arrivée dans ma chambre (pas complètement sobre il faut le dire), et je mourais d'envie de me laisser tomber sur mon lit qui me semblait incroyablement attirant. Mais je me suis dépêchée de passer par la salle de bain, et je me suis bien sûr douchée avant de me glisser dans mon lit et j'ai appelé le room service pour qu'on m'apporte quelque chose à manger dans ma chambre. Il était environ 15h. Nous sommes restés environ 12 heures dans la boîte de nuit. Douze! J'avais explosé mon record.

J'ai fini de manger, et moins d'une demie-heure plus tard, j'étais déjà endormie. Pour une longue nuit. Mon corps exigeait du repos.

Jour 3

Je me suis réveillée à 2h du matin. Comme je n'avais plus sommeil à cette heure-ci et que je n'arrivais pas à dormir un petit peu plus longtemps (jusqu'à ce que cela soit une heure décente pour démarrer la journée), j'ai allumé la télévision et j'ai regardé quelques films, tout en discutant avec mes amis du Mexique et mes parents, qui se plaignaient de ne pas avoir reçu de signes de vie et de réponses en deux jours. Comment leur expliquer que c'est parce que je n'étais pas en pleine possession de mes moyens? Quels arguments seraient valides pour justifier d'avoir perdu la notion du temps? J'ai perdu mon chargeur. Voilà la réponse que je leur ai faite.

10 jours à Berlin ou comment j'ai perdu la notion du temps - Partie 1

À 7h j'ai décidé de descendre prendre le petit-déjeuner à l'hôtel du restaurant parce que je mourais de faim. Mes amis ne répondaient pas, même à mes messages pour savoir s'ils étaient sortis en vie du KitKat. Leur nuit avait probablement été beaucoup plus longue que la mienne et peut-être qu'ils avaient à peine commencé à dormir, comment savoir. Je pouvais seulement attendre.

Alors que je finissais mon petit déjeuner, j'ai reçu un message des Australiens que j'avais rencontrés, m'invitant à aller manger avec eux. Cela m'a semblé être une très bonne idée, puisque jusque-là je n'avais reçu aucun signe de vie de la part de mes amis. Une seule autre amie espagnole devait arriver à Berlin à midi. J'ai donc pensé attendre qu'elle arrive et que nous retrouverions ensuite les Australiens ensemble.

À 13h, j'ai donc rejoint mon amie espagnole, Maria. Nous avions décidé de nous retrouver avec les Australiens dans un restaurant appelé YamYam Berlin, un restaurant coréen. Personnellement je ne suis pas fan de ce type de nourriture, mais franchement, ce n'était pas mal. De la nourriture délicieuse et des prix abordables.

J'ai présenté Maria aux Australiens et nous avons passé environ 3 heures à discuter de façon détendue dans le restaurant. Je leur ai raconté mes folles aventures des dernières 48 heures à Berlin et tous les trois m'ont suppliée à grands cris de les emmener au KitKat. Comment aurais-je pu refuser?

Il faut avoir l'esprit ouvert pour aller dans des endroits de ce type. S'ils choisissent d'y aller, ils doivent savoir à l'avance à quoi s'attendre, car si, au contraire, ils n'aiment pas ce genre d'ambiance, la nuit n'en vaudra pas la peine et ils n'apprécieront pas l'expérience.

Nous avons donc prévu de retourner au KitKat le jour même, car les Australiens allaient bientôt repartir de Berlin.

Ce soir-là, en sortant du restaurant, nous nous sommes amusés à explorer les rues aux alentours, et nous sommes entrés dans quelques magasins de vêtements qui avaient attiré notre attention. Ensuite nous sommes allés au loft dans lequel Marie logeait et nous avons bu quelques bières là-bas, presque jusqu'à 23h. Heure à laquelle nous avons décidé de sortir faire la fête, nous sentant super frais avec nos tenues "fancy".

Jour 4

Lorsque nous sommes finalement arrivés, quelqu'un dans la rangée devant nous nous a dit qu'il croyait avoir compris que ce jour-là, c'était la "nuit gay". Le regard de Maria s'est illuminé. Mais nous autres, qu'allions-nous faire? Peut-être réfléchir à une autre alternative pour passer la nuit. Mais Maria nous a supplié de rester et d'essayer de rentrer.

Je suis la seule qu'ils ont laissée entrer. Ils ont dit à Maria qu'elle n'avait pas l'air assez gay. Qu'est-ce que cela voulait dire? Et moi j'en avais l'air? Je ne savais pas comment le prendre. De façon amusante, une autre chose inattendue s'est produite après coup. En entrant, j'ai croisé un ami de Florence qui, en me voyant là, a eu une expression de surprise, comme s'il ne pouvait pas croire que j'étais à cet endroit. J'ai eu la même réaction en le voyant là également, car lorsque j'étais à Florence, il m'avait invité à sortir dîner quatre fois. Un garçon très bien, cultivé et mignon.

"Ce n'est pas ce que tu crois" semblaient crier nos visages, désireux de donner une explication mais ne sachant pas comment le faire. Nous avions tous les deux réussi à entrer par pure chance. Nous en étions parfaitement conscients.

Il est là avec sa soeur et la petite amie de cette dernière. Ça allait certainement être une nuit ennuyeuse pour lui. Il a dit qu'il n'était venu que pour prendre soin d'elles et quand je lui ai dit que j'allais partir chercher un autre endroit avec mes amis, il a insisté pour que je reste là-bas avec lui. J'ai fini par accepter. Et nous avons passé un très, très bon moment.

Jour 5

S'occuper de sa soeur? Nous ne sommes pas restés plus d'une heure avec elles. Puis nous avons perdu leur trace. Sans pouvoir me l'expliquer, cette fois-ci, nous avons passé presque une journée entière dans le club. 17 ou 18 heures, je ne me souviens pas exactement. Nous sommes arrivés à mon hôtel vers 18h. Morts. Je sentais que cette fois-ci, j'aurais besoin d'une journée complète pour récupérer.

Prendre un bain, manger, dormir . Une fois de plus, comme la dernière fois. C'est ce que mon corps demandait. Ou plutôt, ce qu'il exigeait.

Jour 6

Nous nous sommes réveillés vers midi. Au moins, cela donnait presque la sensation d'être un jour normal cette fois-ci, en se réveillant tard, à une heure plus acceptable. Cependant, cette fois, je ne me sentais pas complètement reposée. En fait, j'avais mal à la tête. Mon corps déteste que je décale mes heures de repas et de sommeil. Et il me le fait payer avec d'intenses maux de tête. C'était au point de me donner la migraine. Par conséquent, je n'ai pas attendu que cela empire et j'ai pris une aspirine.

10 jours à Berlin ou comment j'ai perdu la notion du temps - Partie 1

Sans rire, mes cinq premiers jours à Berlin étaient vraiment de la bombe. Incroyables, mais ils m'ont achevée. Le fait d'avoir pratiquement changé de rythme de vie en quelques jours m'a poussée à passer le sixième jour enfermée à l'hôtel. J'étais extrêmement fatiguée, comme jamais je ne l'avais été dans ma vie. J'étais littéralement un zombie, par conséquent, j'ai du dormir un peu plus afin de faire passer ma migraine.

Me réveiller en me sentant mal n'a évidemment pas amélioré mon humeur pour la journée. L'Italien ne voulait pas partir en me laissant ainsi, mais je lui ai ordonné de s'en aller. J'ai donc pu me reposer plus longtemps. Le soir, je me suis réveillée de nouveau et je me sentais par chance beaucoup mieux, et j'ai décidé de descendre au restaurant histoire de m'éclaircir un peu les idées.

Curieusement, même si je me sentais mieux, s'il y avait bien une chose que je ne voulais pas faire, c'était de regarder mon téléphone. J'avais de nouveau passé 24 heures sans y toucher et il n'avait probablement plus de batterie. Mais si je l'allumais, cela signifiait sans aucun doute faire face aux mille messages de mes amis me quémandant, et organisant la nuit à venir. Cela serait trop de pression.

C'est ce jour-là que devait arriver le reste des amis qui devaient encore se joindre à nous pour ce voyage. La première chose que je verrais si je regardais mon téléphone serait tous leurs messages se mettant d'accord pour le programme de la soirée. C'était une chose pour laquelle je n'étais pas prête, et à laquelle ma mauvaise humeur du jour m'empêcha de participer.

Ainsi, sans plus y réfléchir, je suis retournée dans ma chambre après un moment, et je me suis rallongée sur mon lit pour regarder des programmes allemands que, bien sûr, je ne comprenais pas. Je n'ai pas beaucoup tardé avant de tomber profondément endormie, mais à mon grand déplaisir, je me suis réveillée beaucoup trop tôt le jour suivant, sans pouvoir me rendormir.

- Bianca


Galerie de photos



Partagez votre Expérience Erasmus sur Berlin!

Si vous connaissez Berlin en tant que natif, voyageur ou étudiant d'un programme de mobilité... partagez votre expérience sur Berlin! Évaluez les différentes caractéristiques et donnez votre opinion.

Commentaires (0 commentaires)



Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !