Advertise here

Vie en ville: une unité décontractée d'étrangers

Il fait de plus en plus froid et les montagnes sont couvertes de neige à présent. Depuis mon appartement, je peux les voir à distance, entourant la ville comme d'énormes géants. Cela doit être magnifique là-haut. Il est temps de les explorer, je sors mon snowboard du placard et je descends sur les pentes glissantes.

Les lumières de la ville de Vancouver me donnent un sentiment amical. Etre seule dans la ville ne donne pas l'impression d'être seule, même lorsque les petites lumières sont loin, dans des maisons à une centaine de mètres. Des milliers de personnes dans la même ville, lisant un livre, faisant l'amour, en train de se battre ou de rigoler. Tous dans leur propre unité, les uns sur les autres. Littéralement. Tous ces lits au-dessus des uns des autres. Toutes ses émotions dans un immeuble d'appartements. C'est fascinant. Si nous pouvions voir cette énergie, il y aurait des rayonnements de couleurs en train de danser au-dessus de l'immeuble, éclairant le ciel.

Une ville est un endroit dynamique où de nombreux scénarios se rencontrent. Comment toutes ces personnes sont-elles arrivées au même endroit? Leurs histoires de vies ont toutes finalement pris place à Vancouver. Temporairement bien sûr, car les gens vont et viennent, et évoluent constamment. À travers ces ruptures, l'euphorie émotionnelle, la fatigue, la fierté, il est intéressant de voir que toutes ces personnes peuvent vivre ensembles tout en éprouvants des émotions différentes, et il est intéressant de voir que les montées de haine immense de chacun n'apparaissent pas quotidiennement (du moins pas ces jours-ci à Vancouver). Cela fonctionne, car les gens sont conditionnés par les règles fondamentales de la société, créées à travers les époques pour canaliser ces émotions.

Inconsciemment, nous ne crions jamais à haute voix dans le bus, nous ne pétons pas pendant que nous parlons à des étrangers et nous payons tous le pris des tickets de bus chaque matin sur notre chemin du travail. Nous avons un comportement de "sainte-nitouche" pour une raison; c'est un instinct de survie basique. Tant que nous évitons les conflits, nous avons appris que nous serons en sécurité. De plus, dans notre société, il est considéré comme honorable de savoir garder son calme. Cela vous donne un statut important. Cette idée est interne à chaque être humain; si nous n'avions pas appris ces principes de base, nous voudrions tous crier à haute voix et saccager la ville comme si nous étions un groupe de cochons sauvages.

C'est pourquoi Vancouver peut être un endroit où 610 000 personnes arrivent à vivre ensemble, sans toutes ces confrontations. Les gens sont comme des moutons, et nous aimons aller tous dans la même direction. Certains aiment sortir du lot, pour échouer ou pour réussir.

Toutes ces personnes, dans leurs petites bulles, leurs grands palaces ou leurs maisons, essayant tous de faire quelque chose. Dans notre communauté, nous sommes notre uniquecombinaison de gènes. Cela fait de nous des personnes uniques en tant qu'individus. Mais ce qui nous rend également uniques, c'est que nous sommes uniques dans notre unité.

A suivre...

Photo credit: VirtualReality, Pixabay


Galerie de photos



Commentaires (0 commentaires)


Vous voulez avoir votre propre blog Erasmus ?

Si vous vivez une expérience à l'étranger, si vous êtes un voyageur passionné ou si vous voulez faire connaître la ville où vous vivez... créez votre blog et racontez vos aventures !


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !