Advertise here

Jour 26 | Au revoir Osaka. Fête d'adieu. Retour à Gobo.

Mesdames et Messieurs, le temps est venu de dire au revoir à Osaka et au camp de jeunesse Lions 2015 Japon. Nous avons passé 10 jours ensemble (9 dans mon cas) et avons eu beaucoup de plaisir à visiter des sites touristiques étonnants dans le sud de Japon et en même temps, nous en avons appris plus sur la culture japonaise et les habitants. Ces 9 jours sont passés très rapidement mais étaient pleins d'activités, personne ne peut s'en plaindre. Le même problème, encore une fois, était d'apprendre à mieux se connaître ou que le meilleur arrivait juste au moment où tout le monde devait se quitter. Il n'y a pas de remède pour cela, si ce n'est voyager, et nous pouvons remercier les bons moments passés et les souvenirs qui sont restés avec nous. En écrivant ceci, je me suis remémoré mes voyages d'il y a presqu'un an et j'ai reçu un tas de messages attentionnés, me remerciant pour mes posts. J’espère que vous avez tous aimé lire mes textes jusqu'à présent, maintenant, il nous faut ajouter la dernière pièce du puzzle.

Un voyage long et amusant avec le camp de jeunesse

Avec le camp de jeunesse Lions, nous avons été amenés à visiter un nouvel endroit presque chaque jour changeant d'hôtel et de chambre tous les soirs. Jusqu'à présent, nous avons passé quelques jours à Osaka, où nous avons eu l'opportunité : d'apprendre le Bon-odori et de participer au festival, d'essayer la méditation Zazen (peu importe combien le prêtre peut vous frapper fort sur l'épaule avec le bâton de bois), de participer à un tournoi de saut à la corde dans une université, de passer une journée inoubliable à l'Universal Studios Japan (et de visiter Poudlard, hourra! ) et, pour finir, d'assister lors de la dernière soirée, au festival Tenjin Matsuri qui est le festival le plus important de la région de Kansai, en portant un kimono et des chaussures en bois pour une promenade en ferry après la cérémonie du thé. Tout cela, rien qu'à Osaka! Je me sens très reconnaissant et très heureux pour tout ce que j'ai vécu là-bas.

Mais nos voyages nous ont aussi conduits à la ville symbolique de la destruction et des conséquences de l’utilisation d'armes nucléaires lors de la Seconde Guerre Mondiale : Hiroshima. Après avoir visité le musée du Mémorial de la Paix d'Hiroshima et le sites touristiques, notre route nous a menés au sanctuaire de Miyajima, un des trois endroits les plus spectaculaires du Japon ces derniers siècles. Le reste du temps, nous nous sommes promenés dans le sud de la région de Kansai, dans les montagnes et sur les côtes de la préfecture de Wakayama. Nous avons eu l'opportunité de visiter d'autres sites touristiques célèbres tels que le temple Koyosan-Okunoin avec un quartier libre dans l'hôtel traditionnel avec les "Aragogs" locales (les fans d'Harry Potter comprendront) venues du jardin et qui voulaient lire le livre avec nous avant d'aller dormir. Nous avons passé la journée à nager dans l'océan chaud à la plage blanche de Shirahama, l'une des plages les plus connues du Japon, en ayant le soir-même un feu d'artifice et une soirée karaoké.

En voyageant plus loin dans la région de Wakayama, nous avons visité le temple Dojo-ji, un des plus vieux et plus connus dans cette partie là du Japon, aussi mon endroit préféré du quartier où je me sentais comme à la maison. Après avoir écouté l'histoire de Kiyohime et Anchin et avoir mangé des gâteaux au restaurant de M. Ishikura, nous avons passé le reste de la journée à Inunakiyama Onsen (sources thermales) où nous avons eu une unique et inoubliable expérience de la pratique ascétique sous les chutes d'eau et plus tard, un dîner à un hôtel traditionnel, en plus de l'opportunité d'avoir pris une douche avec d'autres hommes nus se promenant un peu partout. Tant d'expériences très variées que peu on eu la chance de vivre. Cependant, nous allons maintenant passer aux dernières activités et apprendre comment faire face à la "dissolution du groupe".

Le dernier jour et la fête d'adieu ont été une petite surprise pour moi car je m'attendais à autre chose mais en pensant maintenant à tout cela, je dirais que c'était une bonne décision car autrement les choses auraient été encore plus difficiles qu'elles n'auraient dû l'être.

La veille et le réveil

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

La veille, nous sommes revenus du Tenjin Matsuri et nous avons essayé de passer encore un peu plus de temps avant d'aller dormir. C'était notre dernière nuit passée ensemble à l'hôtel et certains membres du camp japonais devaient nous quitter plus tôt. Avant de dormir, nous avons reçu quelques cadeaux supplémentaire de la part du Lions Club et des organisateurs du camp : un livre sur Hiroshima appelé "L' esprit d'Hiroshima" publié par le musée du Mémorial de la Paix d'Hiroshima. Cela incluait une carte d'Hiroshima avec des photos et des graphiques sur les conséquences du bombardement. Le livre est en anglais et en japonais et je recommande vivement d'en acheter ou de s'en procurer un. Je le lisais en Croatie en été et je peux dire qu'il est vraiment de bonne qualité. Si vous aimez l'histoire d'Hiroshima et êtes intéressés par tout ce qui s'est passé pendant la Seconde Guerre mondiale, alors ceci est un livre pour vous.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Avant de dormir, j'ai pris toutes mes affaires et j'ai pris d'autres photos depuis la fenêtre de ma chambre ainsi que des photos de mes amis de l'autre côté. Ah, Osaka ne sera bientôt plus que "quelque chose qui s'est passé une fois, en juillet 2015", mais je ne me suis pas arrêté là. Je lisais un peu de tout ce que j'avais pris ce jour-là en ville, comme brochures, et ce qu'on nous a donné pendant le festival. Je ne pouvais pas croire que j'avais un kimono et des "getas" (chaussures typiques japonaises) sur mon lit et que j'allais les emporter avec moi en Croatie. Et n'oubliez pas toutes les autres choses que j'ai recueillies et reçues comme cadeaux de la part de nombreux amis au Japon et des campeurs. Je rentrais chez moi avec 30 kilos de bagages et j'espérais qu'ils n'allaient pas s'ouvrir ou s'abîmer dans l'avion. Je me suis senti comme Bilbon Sacquet, à la fin du Hobbit, quand le dragon a été tué, qu'Erebor a été reprise, et qu'il est retourné dans sa modeste maison avec un véritable trésor de la "Terre du Milieu". Son armure et sa veste en mithril étaient mon kimono, et pas seulement.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Je me suis réveillé vers 7h00 et j'étais bientôt prêt, avec toutes mes affaires. J'ai eu un peu de mal à transporter tout ce que j'avais reçu lors de la période du camp et je m'inquiétais de savoir si tout pouvait rentrer dans mon sac. J'ai également pris les couvertures de nuit et d'autres choses gratuites de la chambre d'hôtel comme souvenir pour mon retour en Croatie. Le plus important c'est qu'il y avait quelque chose d'écrit en japonais dessus, cela avait, pour moi, une valeur symbolique.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Nous nous sommes réunis pour le petit-déjeuner une demi-heure plus tard et nous avons apprécié le menu varié. Nous avons dû utiliser les coupons à l'entrée et j'ai profité de l'occasion pour parler à certaines personnes avec qui je n'avais pas eu l'opportunité de parler avant, ce qui s'est avéré une bonne chose, je me suis senti désolé de ne pas l'avoir fait plus tôt. Mais cela arrive toujours à la fin des voyages. La salle du petit-déjeuner avait l'air assez confortable et jolie avec plusieurs tables rondes qui permettaient aux invités de s'asseoir face à face et en groupe, et de plusieurs longues tables rectangulaires. Nous avions presque à chaque hôtel un buffet avec beaucoup de choix, ce que j'ai trouvé génial. Le repas, déjà préparé, ne nous attendait que dans les deux hôtels traditionnels où l'objectif était d'essayer quelque chose de spécial et de local.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Mais maintenant... Je suppose que vous ne vous souciez pas du tout de la quantité que je me suis servie et quelle sauce j'ai choisie, donc allons au principal.

Départ pour Taikoken. La dissolution du groupe continue.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Les sacs étaient en bas dans le hall et le bus nous attendait dehors. Cependant, tout le monde ne continuait pas le voyage vers notre prochaine activité et la fête d'adieu. Quatre des campeurs ont dû rester à l'hôtel avant que des membres de leur famille d'accueil viennennt les récupérer. Tous les quatre ont rejoint le camp plus tard. Il y avait même une autre fille des Etats-Unis qui a passé 2-3 jours avec nous et puis est partie. Elle n'a pas choisi de revenir au camp en remplissant les demandes, mais il lui a été permis de passer un certain temps avec nous et de voir ce que c'est. Personnellement, un échange sans aller au camp de jeunes semble un peu vide, surtout en sachant qu'il y avait un groupe de personnes qui se sont rencontrées et qui s'amusaient pendant que vous étiez juste au même endroit, un peu ennuyeux, vous ne trouvez pas?

On a pris les derniers selfies par la fenêtre du bus. Il était temps d'aller de l'avant! Notre destination suivante était un sujet sur lequel nous étions supposés travailler. Personne n'avait la moindre d'idée de ce qu'y allait se passer, mais voici ce qui s'est passé...

Sur l'autoroute vers Osaka, profitant du paysage urbain.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Il nous a fallu environ 15-20 minutes avant d'atteindre notre destination qui semblait se trouver parmi les villes satellites près du centre d'Osaka mais qui semblaient tout de même être beaucoup plus paisibles et moins bruyantes. Et certainement avec moins de gratte-ciels, s'il y en avait. Comme toujours, j'avais préparé mon appareil photo, je doutais que nous ayons une deuxième fois le luxe de traverser Osaka et de revoir ses quartiers, ses rues, ses gratte-ciels et ses parcs. Sans attendre une seconde de plus, j'ai pris mon smartphone et mon appareil photo numérique et j'ai passé tout le trajet à prendre des photos de la ville. Il y aussi une vidéo de notre trajet, au moment où nous sommes passés à travers le quartier, avec de nombreux bâtiments et grattes-ciels, nous dirigeant vers le pont dans cette zone plus petite. C'était quelque chose que je n'avais vu que dans les films avant. Et maintenant je jouais dedans!

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Je vous laisse apprécier les photos. Il y a seulement peu de choses que je pourrais commenter ici. Vous remarquerez comment ces autoroutes sont assez larges et aussi bien au-dessus du sol à au moins deux ou trois étages de hauteur presqu'à chaque fois. Aussi, cette autoroute passe au-dessus et en-dessous d'autres, plusieurs fois (c'est peut-être plus visible sur la vidéo). J'étais juste étonné de la taille de l'ensemble, de la façon dont les Japonais avaient construit tout cela, de comment cet énorme système fonctionnait. Nous n'avons pas de tels bâtiments et ce type de transport dans nos villes, en Croatie. Je suppose que rien qu'en regardant la vidéo et tout ce qu'on pouvait voir (les gratte-ciels et la région), il y avait probablement une plus grande population que toute la Croatie. Rien qu'en 2 minutes de vidéo. C'est fou.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Bien que nous ayons eu du soleil pour le dernier jour, sans aucun nuage couvrant le ciel, je continuais à penser que cette zone avec l'architecture géante (pour moi) était un peu froide. Heureusement, la journée était ensoleillée car avec les nuages et pendant les jours grisâtres, l'endroit semble morne et lugubre. Mais c'est juste mon opinion, qu'en pensez-vous?

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Ce que vous allez sûrement remarquer aussi, et j'ai de nombreuses photos, c'est le changement soudain et la différence assez flagrante entre les pauvres et les riches. J'ai été choqué quand j'ai vu un quartier avec de nombreux magasins et des "gens ordinaires" avec des bâtiments détruits ou dans un assez mauvais état dont on pouvait deviner qu'ils étaient habités par des personnes aux moyens limités. Cela dit il y avait aussi des endroits tels que des sites de construction, mais ils semblaient affreux vus d'en haut. Je sais qu'on ne peut rien y faire avant que ce soit fini et beau à voir, mais quand même... Les chantiers de construction près de l'autoroute étaient entourés de nombreux petits bâtiments et appartements qui suggéraient un niveau de vie plus bas. Et pourtant, juste derrière eux se trouvait la tour d'une société ou d'un autre bâtiment qui semblait avoir des propriétaires fortunés. Les riches et les pauvres en une seule image. En outre, ces parties qui ont été détruites avaient juste l'air d'un dommage ou d'un trou dans le tableau du paysage urbain.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

En revoyant les photos, je dirais que le problème avec l’architecture ici, les gratte-ciels en particulier, c'est que la plupart d'entre eux n'ont pas l'air très créatifs ou diversifiés en ce qui concerne les fenêtres et la façade. Si je devais les dessiner rapidement, ce serait une trame typique, un peu ennuyeuse et froide et de la densité tracée en lignes horizontales et verticales. Comme tout semblait à peu près pareil avec des centaines de fenêtres identiques, cela lui donnait une impression d'un monument mais aussi la froideur d'une megalopolis.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Cependant, j'ai apprécié les vues où l'autoroute était vraiment à plusieurs étages au-dessus du sol et juste à-côtés des bâtiments résidentiels. Je pouvais presque voir l'intérieur en détail, à travers les fenêtres ouvertes. Et le meilleur était derrière, dans les rues, quand tout semblait assez modeste avec des centaines de câbles suspendus au dessus de la route ici et là d'un panneau McDonald's.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Aussi, nous sommes passés au dessus d'avenues qui donnaient sur la ville, et la verdure unie avec des couleurs grisâtres et bleuâtres de l'architecture. Là, le paysage ne semblait pas froid du tout. Ce que vous allez souvent voir, ce sont les nombreux ponts piétons surplombant la route ce que j'ai trouvé excellent car ils empêchent à la fois de se mettre en danger en traversant la route et de ralentir le trafic.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Les vues les plus intéressantes étaient certainement celles qu'on avait par-dessus les ponts d'où on pouvait profiter du paysage de la rivière au centre, des parcs avec des arbres des deux côtés de la rivière et des gratte-ciels autour. C'était aussi un paysage japonais "traditionnel" pour moi.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Bien, nous étions sur le point d'approcher d'un vieux pont de fer où l'on pouvait voir clairement comment l'érosion avait été affectée par la présence de la mer à travers la rouille. Nous quittions la zone des gratte-ciels et j'ai arrêté de prendre des photos afin d'économiser la batterie pour plus tard.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

L'expérience agricole et comment nous nous sommes amusés avec la nourriture et les pistolets à eau

Je ne me souviens pas de l'endroit où c'était exactement mais ce n'est pas très important non plus. Nous nous sommes arrêtés à un certain parking et nous nous sommes retrouvés dans un zone avec de petits immeubles, qui ressemblaient à moitié à des logements avec quelques maisons à proximité et beaucoup de plantations et de champs immenses pour l'agriculture locale.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

J'ai oublié de mentionner qu'on nous a demandé d'apporter une serviette, des tongs, un short ou/et des vêtements de bain. En fait, j'ai manqué cette partie. J'avais toujours mon chapeau de paille et cette fois je n'ai pas oublié de me mettre de la crème solaire. Comme ce qui suit m'aurait probablement transformé une fois de plus en patate.

Nous avons atteint un champ ouvert ou une plantation qui avait quelques légumes et notre tâche pour les deux heures qui suivaient était d'aider à débarrasser de la mauvaise herbe qui dominait le terrain. Cela s'est avéré être un travail assez difficile car il y avait au moins 15-20 rangs d'environ 40-50 mètres. Il commencçait vraiment à faire chaud. Même en restant debout et en écoutant l'explication de notre tâche, je transpirais comme en enfer. Tout le monde a été assez intelligent pour porter au moins un t-shirt blanc.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Le champ a été fermé par deux-trois côtés avec quelques autres bâtiments blancs (peut-être des installations) et de notre côté, à l'est, il y avait de l'ombre. Là, les organisateurs du camp ont préparé plusieurs tables pour nous servir en eau fraîche et en jus de fruits, préparaient du maïs et d’autres viandes pour les plus travailleurs les plus affamés, ils ont aussi apporté des pistolets à eau. Maintenant vous comprenez pourquoi ils avaient noté d'apporter des maillots de bain, des tongs ou tout ce qui pourrait être mouillé sans le regretter.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Comme vous pouvez vous y attendre, il y avait la partie de l'équipe (et il n'était pas difficile de deviner quelle personne en faisait partie) qui touchait à peine la végétation et travaillait tout juste mais qui à la place, a plutôt pris les pistolets à eau, les serviettes et a commencé à tirer un peu partout. Je n'avais vraiment pas prévu d'être mouillé ce jour-là et je peux facilement être ennuyé quand je ne veux pas avoir ce genre d'amusement donc j'ai rapidement trouvé une stratégie pour me protéger (comme l'ont fait les autres) : j'ai très vite sorti ma caméra et mon smartphone et c'était assez. Bien sûr, personne n'allait endommager les appareils électroniques et donc dans notre groupe, les troubles-fêtes, nous sommes restés sains et saufs.

J'ai essayé d'aider avec les mauvaises herbes et je me suis occupé de plusieurs mètres d'une rangée, mais on progressait très lentement et cela me prenait du temps de nettoyer les légumes des ces mauvaises herbes. De pus, comme nous sommes arrivés à 9h00 et que nous sommes restés jusqu'à 11h00, la terre était encore mouillée à certains endroits, ce qui était une chose de plus à laquelle je devais prêter attention. Sans parler des gars qui sirotaient l'eau des bouteilles ou des pistolets à eau. Après environ 25 minutes de travail pratiquement tout le monde a abandonné et s'est dit : "D'accord, c'était assez pour aujourd'hui". Plusieurs tasses d'eau froide étaient un vrai rafraîchissement et le maïs cuit me fit aller quelque part dans la prairie et dormir.

Nous sommes peut-être partis plus tôt que prévu. La plus grande partie de la nourriture a disparu et quelques bouteilles de boisson sont parties après que tout le camp, y compris les organisateurs (nous étions 30-40 personnes) se soient attaqués aux tables. Ce qu'on pouvait remarquer aussi ici, c'était les avions qui volaient très lentement au dessus de nos têtes à tel point qu'on pouvait les voir très clairement. Je suppose qu'il y avait un aéroport tout près.

En plus de s'agiter dans tous les sens et d'essayer de ne pas se faire toucher, nous avons passé notre temps à discuter et à plaisanter sur tout et n'importe quoi, nous nous sommes montrés un peu démoniaques au moment de glisser des glaçons dans les t-shirt de tout le monde par derrière. C'est toujours amusant de voir les autres sursauter et crier en jurant dans leur langue maternelle (surtout les Japonais)... mais vous détestez cela quand ils vous le font.

D'accord, nous étions vraiment des "travailleurs acharnés" et on nous a demandé de retourner au bus. Nous avons ramassé tous les déchets que nous avions laissé dans les sacs et les boîtes en plastique et les avons portés jusqu'au bus. Je me suis révélé bon en enseignant le sens des responsabilités et chacun a fait sa part.

Nous nous sommes alors assis dans le bus où il faisait très chaud et avons attendu de bouger.

Retour à l'hôtel et préparatifs pour la fête d'adieu : il est temps de remettre son kimono!

Nous avons pris un chemin un peu différent de retour à l'hôtel, j'en ai donc profité pour prendre quelques photos de la zone, mais j'étais désormais satisfait de tout ce que j'avais dans ma carte mémoire. Notre destination suivante était le même hôtel auquel nous sommes allés pour la cérémonie du thé et le Tenjin Matsuri. Nous avons pris nos sac et sommes entrés. C'était le même vestibule qui ne nous était plus si étranger, nous sommes montés à l'étage en utilisant les longs escalateurs et nous sommes retrouvés dans le couloir qui menait à un grand salon où étions censés prendre notre déjeuner et avoir notre fête d'adieu.

Les garçons et les filles se sont séparés de nouveau et sont allés dans deux chambres différentes plus grandes. Nous avons laissé nos bagages dans un coin, puis on nous a dit que nous avions environ un peu plus d'une demi-heure avant de nous préparer pour la fête d'adieu.

Nous avons profité de l'occasion pour écrire des messages sur les t-shirt des autres, dans les carnets, les journaux intimes etc. Au début, j'ai hésité à sortit mon T-shirt blanc Lions Japon, je ne voulais pas m'embêter avec mais ensuite, je me suis souvenu du dernier camp d'été en Suisse et de comment je me sentais mal d'avoir oublié de donner aux autres mon T-shirt à signer. Je l'ai rapidement sorti et l'ai agité sous le nez de chacun en leur demandant poliment de signer. La scène semblait tirée d'un film sur le travail à la chaîne dans lequel beaucoup d'entre nous étaient assis les uns à côté des autres en passant le T-shirt à la personne suivante. Peu importe ce qu'on en pense, je trouve que c'est un bon souvenir des autres. Mon t-shirt, rempli de messages de mes amis. est accroché sur le mur de ma chambre à Zagreb, me rappelant les bons moments que j'ai eus au Japon. J'ai également aimé cela parce que les gens partagent l'opinion qu'ils ont de vous, et c'est toujours intéressant de le savoir. Sauf quelques cancres qui écrivent des bêtises pour s'amuser, j'adore cela aussi.

Une fois les signatures terminées, nous avons commencé à echanger nos vêtements. J'ai sorti mon kimono et mes geta, mais cette fois encore j'ai décidé de rester en sandales seulement, je craignais d'endommager mes geta avant mon retour en Croatie. Tout en revêtant mon kimono, nous avons reçu, de nouveau, l'aide des dames comme il était difficile et long pour un débutant de le mettre rapidement et convenablement. Ensuite vous avez ce sentiment génial, en marchant dans le kimono, comme un patron.

La fête d'adieu

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Très bien! Tout le monde était prêt et le temps était venu d'aller dans le grand salon. Je savais que la fin allait être telle que je l'avais vécue deux fois auparavant, et j'étais maintenant entièrement préparé et savait comment le gérer. Cela ne s'est pas passé comme cela pour mes amis pour qui c'était la première expérience d'échange à l'étranger pour jeunes et ils étaient un peu plus jeunes que moi (j'étais le deuxième plus agé de notre groupe sur les 25 personnes) et ils ne savaient pas à quoi s'attendre et comment contrôler leurs émotions.

On nous aussi dit que certaines des familles d'accueil allaient se joindre à nous, à table, et je me demandais qui allait venir me voir, dans le cas où quelqu'un devait le faire. Honnêtement, je ne savais pas non plus comment j'allais retourner à Gobo car je n'ai pas entendu qui allait venir me chercher. En entrant dans le grande salon, je ne pouvais voir aucun des visages familiers de Gobo et je m'inquiétais un tantinet. Puis, j'ai juste pensé que tout était prévu. Je veux dire, allez! C'est le Japon!

De toute façon, au centre du hall se trouvait une longue table avec un buffet auquel il était difficile de résister. Mieux encore, deux immenses tables avec le plat principal et le dessert : beaucoup de gâteaux et biscuits. Oh là là! J'ai remarqué qu'une sorte de petite scène dans le coin gauche du salon. La dernière partie à droite (dans le coin droit, du côté opposé), était reversée aux membres du Lions. Pour faire simple, les tables avec les campeurs internationaux étaient tout autour du salon et beaucoup des familles d'accueil sont arrivées pour rejoindre leurs invités et rentrer à la maison avec eux plus tard.

Que s'est-il passé pendant la fête d'adieu? Nous avons eu beaucoup de discours de la part des membres du Lions Club et d'autres invités. Puis est venu le moment où ils allaient annoncer les gagnants qui ont obtenu le plus de nominations dans diverses catégories telles que : le campeur le plus drôle, le campeur le plus cool, le campeur le plus élégant, le plus blablabla et ainsi de suite. J'ai oublié de mentionner que nous avons reçu le papier la veille à l'hôtel, je l'avais complètement zappé et au début je pensais qu'il se référait aux organisateurs du camp seulement, pas à tout le monde, ce qui me paraissait évident. Je déteste mon cerveau parfois. Je ne vais pas dire les noms car j'ai oublié la moitié des nominations et ainsi mes lecteurs du camp ne se fâcheront pas.

On nous a aussi dit qu'il y avait un film fait à partir du contenu vidéo et des collages des centaines de photographies que nous avons réunis au cours de ces 10 jours, que nous allions regarder plus tard. Et maintenant, laissons place au déjeuner!

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

(Crédits photos pour la photo de groupe au Lions Club Osaka)

Je me suis servi beaucoup de nourriture de toutes sortes et j'ai apprécié notamment les crevettes frites ("ebi tempura") avec de la salade, de la sauce et du riz... et j'ai pris deux petites assiettes de friandises. Les gâteaux ont disparu très vite de et j'ai fait une bonne affaire de mon côté. Parmi les amis autour de moi. J'étais assis avec Rainbow de Hong Kong qui est également devenu l'un de mes meilleurs amis là-bas. Tandis que nous parlions désormais avec les familles d'accueil (sauf pour moi, planté là, parlant tout seul) et que d'autres campeurs passaient un bon moment, certains ne pouvaient pas cacher leurs émotions. Je riais juste et je plaisantais car il n'y avait pas lieu d'être triste et de pleurer. Comme dirait Gandalf : "toutes les larmes ne sont pas un mal" et bien sûr nous allons nous revoir. Un jour. Quand je gagnerai à une loterie pour acheter un billet d'avion et faire le tour du monde.

Nous avons encore reçu quelques présents de plus de la part du Lions Club comprenant un petit badge Lions pour l'échange au Japon. Je l'avais presque oublié avec une autre chose importante sur la table du hall en quittant l'hôtel avec mes bagages, je m'en suis souvenu sur les escalateurs et j'ai couru pour le récupérer. J'ai pris un papier et l'ai signé pour Rainbow et elle m'a écrit en cantonais de Hong Kong et a fait un croquis. Heureusement, le papier n'a pas été oublié sur la table mais il est maintenant sur mon mur à Zagreb également.

Après avoir avancé, nous nous sommes assis par terre et avons regardé la projection du film de notre camp. C'était amusant et intéressant de revoir tous les endroits que nous avions visités. On entendait des gens pleurer, mais tout allait bien. Chacun d'entre nous a ensuite reçu un CD avec le film et les photographies.

Le temps était venu de prendre la dernière photo officielle de tous les campeurs et de l'équipe du camp des Lions devant le drapeau sur cette petite scène. Dîtes "ouistiti"!

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Ensuite, la dissolution du groupe a vraiment commencé car certaines personnes ont dû partir très tôt. Je me suis précipité pour mettre mon kimono dans mon sac et revêtir une tenue normale. C'était l'heure des derniers selfies et des câlins. Je ne voulais pas voir cela comme quelque chose de négatif ni comme la fin du monde.

J'ai aussi découvert ce qui allait se passer pour mon retour à Gobo. Alors que je ne voyais toujours pas de visage familier, un homme, apparemment de Gobo, s'est approché de moi et m'a dit que M. Yamashita était en train de m'attendre dans sa voiture devant l'hôtel et qu'il ne nous restait plus beaucoup de temps. Je me suis empressé de dire au revoir aux autres, j'ai pris quelques selfies de mauvaise qualité avec mon smartphone, j'ai pris mon sac et j'ai crié "Sayonara! ". Avant de partir j'ai donné tous les souvenirs que j'avais potentiellement avec moi aux autres. Et comme je l'ai dit, j'ai dû courir pour récupérer deux petites choses que j'avais oubliées, détruisant ce moment.

De retour devant l'hôtel, je voyais les autres campeurs partir aussi. M. Yamashita était de bonne humeur et j'étais heureux de le voir aussi. Le plan était d'abord que j'aille avec une autre famille que j'avais déjà rencontrée à Gobo tandis que mon ami mongol et M. Yamashita prendraient nos bagages. Mais au final, nous sommes restés tous les deux.

Au revoir, Osaka. Retour à Gobo

J'ai essayé de prendre quelques dernières photos d'Osaka mais je me sentais alors fatigué et j'en avais déjà assez. Jusqu'à ce que nous quittions la ville, j'ai parlé avec M. Yamashita du camp et ai pris des nouvelles de Gobo, puis j'ai jeté un dernier coup d’œil par-dessus les ponts sur les ports et la zone industrielle. Et puis je me suis endormi.

Je me suis réveillé près de Gobo et je me suis arrêté chez M. Yanase. Les deux grands-parents Yanase étaient très heureux que l'on se voit à nouveau et pendant le deuxième déjeuner, je leur ai donné toutes les nouvelles du camp. En utilisant des imagiers bien sûr. Je ne me sentais plus aussi fatigué alors j'ai fait un tour en vélo, tout excité à l'idée de partager les nouvelles avec mes amis d'Anchin aussi, mes collègues architectes et ma deuxième famille avec Akari et sa mère.

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Être de retour dans le bon vieux Gobo et en faire le tour m'a fait me sentir comme si je venais juste de rêver un peu plus longtemps que d'habitude après avoir fait une sieste suivant le déjeuner... et tout ce qui s'est passé au camp semblait comme une image floue. Et pourtant, quand j'ai montré aux autres, les photos et les affaires que j'ai ramenées, elles semblaient bien réelles. J'ai passé la soirée allongée sur mon lit et j'ai pensé à tout ce que j'avais vécu et je me sentais aussi beaucoup mieux car j'avais rencontré beaucoup de nouveaux amis et j'espérais rester en contact avec plus tard. Le problème quand on fait autant d'échanges et de voyages, c'est qu'on rencontre beaucoup de monde et il est difficile de rester en contact avec toutes ces personnes à la fois... mais on trouve toujours un moyen et du temps pour certaines personnes, pas vrai?

Day 26 Goodbye Osaka. Farewell party.Back to Gobo.

Bon, les gars, c'est plus ou moins ça. Nous venons de terminer ce voyage à travers le Japon ensemble et vous savez plus ou moins tout ce qui s'est passé ces deux derniers jours. Je suis retourné à Zagreb deux jours plus tard après avoir fait le tour en visitant mes familles d'accueil et mes amis à Gobo et Hidaka et j'ai également apprécié la dernière fête d'adieu locale organisée par mon bien-aimé Lions Club Gobo. J'ai à peine eu une pause, le jour de mon vol de retour à Zagreb et je l'ai passé dehors.

Merci à tous d'avoir suivi mes histoires, j'espère que vous avez appris quelque chose de nouveau sur ce pays étonnant. Je peux seulement dire que j'ai hâte de retourner au Japon, mais cette fois, je me suis préparé en réunissant beaucoup de matériel pour apprendre et d'ici à ce que je visite à nouveau le Japon, j'espère que je serai devenu quelque peu compétent en japonais car il n'y a pas de plus grand plaisir que de parler aux Japonais dans leur langue. Japon, Japon, tellement de choses, on ne s'ennuie jamais.

ありがとうございました)


Galerie de photos



Commentaires (0 commentaires)


Vous voulez avoir votre propre blog Erasmus ?

Si vous vivez une expérience à l'étranger, si vous êtes un voyageur passionné ou si vous voulez faire connaître la ville où vous vivez... créez votre blog et racontez vos aventures !


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !