Advertise here

La vie Lyonnaise, Résidence André Allix: la chambre et le bâtiment les plus basiques

La vie Lyonnaise, Résidence André Allix: les bases à propos de la chambre et du bâtiment

C'est un article plutôt long où je vais détailler mon expérience de vie jusqu'à maintenant dans la résidence André Allix tenue par le CROUS, et pourquoi j'ai choisi d'y vivre. Cet article vise à mettre en lumière les différences entre les résidences universitaires en Angleterre et en France. Donc j'imagine que d'une certaine manière, il n'aidera pas seulement ceux qui cherchent où vivre à Lyon, mais également ceux qui veulent se faire une petite idée de ce à quoi ressemble la vie étudiante anglaise dans ces résidences.

Je suis vraiment vraiment désolé, mais c'est un article plutôt long donc je l'ai divisé en sections, et si vous voulez sauter des parties, n'hésitez surtout pas. Ces différentes sections sont:

  1. Introduction: La vie à Londres
  2. La vie en France
  3. Les bâtiments
  4. Les chambres
  5. Les cuisines
  6. Les salles de bain
  7. Les choses que vous pourriez avoir besoin d'acheter
  8. Conclusion: Appréciation sur le logement

1. La vie à Londres

Les résidences universitaires ou "university halls" comme on a tendance à les appeler Outre-Manche ne sont pas vraiment la même chose qu'en France. Les différences entre les logements en Angleterre et en France sont grandes, mais je n'avais pas anticipé à quel point elles le seraient.

Vivre dans une résidence universitaire est l'un des points qui figure sur la liste des choses à faire de tous les étudiants quand on parle de vie étudiante. Cela est dû en particulier à tous les avantages en terme de relations sociales, surtout lors de la première année, car cela permet de rencontrer d'autres étudiants qui se trouvent dans la même situation que soi, et avec qui vous pourrez profiter des nombreuses aventures que les premières semaines entraînent.

Je n'ai pas vraiment vécu ça lors de ma première année à l'Université de Roehampton, mais j'ai opté pour cela pour la deuxième année à Londres, que j'ai passée sur le campus de Mount Clare, un bout de terrain mis de côté pour les étudiants de première et deuxième année.

Le campus de Mount Clare n'avait pas toujours la meilleure réputation parmi les étudiants de Roehampton. J'avais entendu des histoires de nids d'araignées dans les rideaux et de champignons dans les douches. Internet le plus souvent n'était pas fiable, et les coupures de courant n'étaient semble-t-il pas des événements surprenants. Les cuisines étaient petites et étroites, et il y avait toujours au moins un voleur de nourriture tapi dans l'ombre. Le plan de travail ne restait jamais propre très longtemps, et la femme de ménage faisait seulement une apparition deux fois par semaine. Le four dont je me souviens était vraiment horrible, car il avait commencé à diffuser une odeur vraiment terrible de brûlé, de friture qui avait tendance à s'accrocher aux vêtements et aux cheveux - une douche et une machine à laver étaient le seul moyen de se sentir propre à nouveau. je suppose que le fait que notre fenêtre soit apparemment la seule à ne pas s'ouvrir complètement n'a pas arrangé nos affaires.

Je partageais une douche et deux toilettes avec douze autres étudiants. Personne n'utilisait vraiment la salle de bain à l'étage et la douche dont elle était équipée.

Les chambres en soi n'étaient pas trop mal. Cependant il y avait une barre en métal qui courait au milieu de la chambre qui était plutôt énervante. Je me suis cogné la tête plusieurs fois sur cette chose stupide, même si j'en ai fait une étagère utile. Un autre détail énervant était à quel point il était facile de se retrouver à la porte de sa propre chambre. Je n'oublierai jamais la première fois que ça m'est arrivé: 20h, un vendredi soir. J'ai passé trois heures à attendre avant que la sécurité ne se décide à me laisser rentrer dans ma chambre. Vous pourriez penser que j'avais retenu la leçon, mais non, ce fut seulement la première fois à laquelle ont succédé bien d'autres.

Mount Clare a sont lot de problèmes, mais ce n'était rien comparé à ce que j'allais vivre de l'autre côté de la Manche.

2. La vie en France

Sachant que les résidences françaises seraient forcément différentes de leurs homologues anglaises, mais ne réalisant pas à quel point, j'ai opté pour la chambre la moins chère proposée par le CROUS, dans leur résidence André Allix.

Ce dont je vais parler maintenant est mon expérience jusqu'ici dans cette chambre et dans cette résidence. Si je trouve quoi que ce soit de plus à dire, je n'hésiterai pas à l'ajouter à cette section. Je la diviserai peut-être plus tard en différentes parties plus petites. Il me reste encore sept mois à passer ici, et un tas de choses horribles peuvent encore se produire!

3. Les bâtiments

Les bâtiments se composent de quatre étages, cinq si vous incluez le rez-de-chaussée où se trouvent les boîtes aux lettres. Il est possible d'y accrocher un petit cadenas si vous voulez empêcher tout vol dans votre boîte aux lettres. Bien que je l'aie fait moi-même, je ne dirais pas que c'est indispensable, surtout pour moi qui ne reçoit essentiellement que de la publicité.

La vie Lyonnaise, Résidence André Allix: la chambre et le bâtiment les plus basiques

Les autres étages comportent une trentaine de chambres chacun, même si cela varie en fonction du bâtiment dans lequel vous vous trouvez. Chaque étage possède deux cuisines et deux salles de bain, desquelles je vous parlerai plus tard.

Il y a la wifi dans tous les bâtiments, pour laquelle je paye six euros par mois. On a sans doute ce pourquoi on paye car Internet est vraiment lent parfois, ce qui rend les conversations sur Facebook et les sessions Skype plutôt difficiles durant les "heures de pointe". Il y a cependant des heures pendant lesquelles il est possible d'écouter quelques morceaux sur Spotify, télécharger quelques photos ou regarder quelque chose sans avoir à actualiser la page constamment. En revanche, il y a d'autres jours où Internet décide de vous abandonner, d'arrêter toute forme de connexion, vous laissant seul devant votre ordinateur pendant un temps indéterminé. Parfois ça ne dure pas plus de quelques minutes ou d'une ou deux heures. Cependant, l'autre jour, nous n'avons pas eu Internet pendant presque un jour entier au total. Cela peut devenir incroyablement frustrant, pour rester poli.

L'électricité fait aussi partie des problèmes. Jusqu'à maintenant nous avons eu à subir plusieurs coupures d'électricité, dont la première à laquelle je n'étais pas du tout préparée et à laquelle j'ai dû faire face avec la faible lueur de mon écran de portable. Nous n'étions pas sûrs de devoir évacuer le bâtiment, comme l'avaient fait certains. Personne ne semblait certain de ce qui était en train de se passer, de ce que nous devions faire ou d'où nous devions aller. Je ne sais même pas à quoi ressemble le son de l'alarme, ou de ce que je devrais faire en cas d'incendie. Ce genre de chose n'arriverait sûrement pas en Angleterre. Là-bas, il n'avait fallu que quelques semaines avant que la sécurité ne réveille brutalement tout le campus pour un exercice d'évacuation, et après cela il y avait toujours un étudiant quelque part qui avait laissé quelque chose trop longtemps dans le four, qui avait essayé de fumer dans sa chambre, ou qui avait vaporisé un tantinet trop de déodorant.

Pour ce qui est du divertissement, au rez-de-chaussée de chaque bâtiment se trouve une salle avec une télévision où les étudiants peuvent sociabiliser, même si je n'ai pas encore utilisé cet équipement.

4. La chambre

La vie Lyonnaise, Résidence André Allix: la chambre et le bâtiment les plus basiques

Les chambres font une taille plutôt décente, avec plein de rangements et d'espace disponibles. Le sol est carrelé, les murs sont blancs. Le lit est équipé d'un petit matelas en mousse que je ne trouve pas trop mauvais. J'ai un bureau que j'ai déplacé pour qu'il soit aligné avec le placard dans lequel je range mes vêtements dans la partie supérieure et d'autres ustensiles, de la nourriture sèche et mon maquillage dans la partie inférieure. Le frigo a été une bonne surprise, car je n'ai pas à m'inquiéter que l'un de mes trente ou plus compagnons d'étage me vole ma nourriture. À l'opposé du placard se trouve le lavabo. Sur le mur il y a aussi une longue étagère, que j'ai plutôt tendance à oublier à cause de sa hauteur, car elle est un peu trop haute pour moi. je ne pourrais même pas l'atteindre en montant sur une chaise.

Je suis au courant, étant allée dans plusieurs autres chambres, que les meubles peuvent -et souvent- changent d'une chambre à l'autre. Certaines possèdent plus d'étagères et d'éléments derrière le lit, tout dépend du bâtiment que vous choisissez. J'aime plutôt bien ma chambre, même si au début je n'étais pas sûre d'avoir du chauffage, avant de me rendre compte qu'il était diffusé par le sol. Ce n'est pas terrible, mais un petit radiateur coûte seulement 10€ à Carrefour, et le mien a été vraiment utile, surtout pendant les mois d'hiver les plus durs.

Quand j'ai emménagé, je dois préciser que je n'ai pas trouvé la chambre dans un état de propreté incroyable. Les toilettes collaient et il y avait de la saleté sur le rebord des fenêtres. je ne peux pas dire depuis combien de temps cette saleté s'accumulait là. J'ai dû faire un peu de ménage rapide pour que la chambre soit dans l'état dans lequel je m'attendais à la trouver en arrivant.

L'un dans l'autre, si j'aime vraiment bien cette chambre en dépit de ses petits défauts, c'est entièrement dû à la vue qu'elle offre, spécialement quand le soleil se couche pendant les jours clairs, ce qui me permet d'admirer un ciel magnifique et vibrant quand le soleil décline derrière les collines à ma gauche.

5. La cuisine

La vie Lyonnaise, Résidence André Allix: la chambre et le bâtiment les plus basiques

La cuisine est plutôt petite et incroyablement basique. À notre étage seulement un micro-ondes sur deux fonctionne, mais heureusement pour moi c'est celui placé à une hauteur décente et pas celui qui m'aurait obligée à m'étirer sur la pointe de mes petits pieds!

Le double évier occupe presque toute la place, et la plupart des gens préparent leur repas sur l'égouttoir car il n'y a pas d'autre espace qui ressemble à un plan de travail pour le faire, et la petite cuisinière qui ne peut supporter que deux poêles, en plus d'avoir connu des jours meilleurs, prend tout le reste de l'espace. Je n'ai pas encore eu à souffrir d'un repas gravement retardé car la cuisine était occupée. Il n'y a pas non plus de four ou de congélateur, et je n'ai pas trouvé trace d'un quelconque équipement de sécurité en cas d'incendie, ce qui est pourtant indispensable.

La cuisine est nettoyée tous les jours de la semaine par la femme de ménage, même si les étudiants sont encouragés à la garder dans un état acceptable. Cependant pendant le week end un peu de crasse et de saleté sont à prévoir. Tout le monde prend et nettoie ses ustensiles dés qu'il a fini de cuisiner donc il n'y a pas de pile sans fin de vaisselle sale datant de plusieurs mois dans l'évier - un problème que j'ai rencontré à Roehampton!

Je sais que dans d'autres cuisines il y a des tables, ce qui en fait un peu plus des lieux de sociabilisation, mais ma cuisine est plutôt dépouillée et morne, à l'exception de la douzaine de prises auxquelles étaient branchés les frigo l'année précédente.

6. La salle de bain

Il y a deux salles de bain par étage. Chacune comporte trois toilettes et quatre douches. Je n'ai jamais eu à attendre car toutes les douches étaient occupées au moment de prendre ma douche, mais je ne peux pas en dire autant des toilettes, qui s'ils ne sont pas constamment occupés, ont tendance pendant le week end à être laissés dans un état peu désirable.

Les douches sont souvent dans un meilleur état, même si parfois vous vous retrouvez à partager la cabine avec un insecte ou deux qui ont réussi à passer par la fenêtre la nuit précédente. De toute façon je porte toujours des tongs dans la douche, mais j'ai toujours été un peu bizarre avec le carrelage dans les lieux publics, et je porte toujours des chaussures pour aller aux toilettes, car on trouve de temps en temps de poils provenant d'une certaine nature que je n'ai pas besoin d'expliquer, et d'autres saletés qui ont été poussées dans les coins et sont rarement nettoyées.

*Je dois ajouter que quand il y a un problème ici, l'équipe de maintenance n'est pas très prompte à réagir pour venir le réparer. Dans l'une des trois cabines de toilettes le verrou ne fonctionne plus du tout, et c'est comme ça depuis aussi longtemps que je puisse me souvenir. Ça ne me dérange pas plus que ça toutefois, car je peux utiliser les toilettes qui sont au bout du couloir si j'en ai vraiment besoin.

Dans ma salle de bain habituelle, les toilettes sont restées sans lumière depuis que j'ai emménagé. Ce n'est ni très plaisant ni très pratique d'aller se soulager dans le noir le plus complet donc celui-là est rarement utilisé. Plus récemment néanmoins, l'une des autres cabines est devenu un peu dangereuse. Le verrou est très heureux de se fermer et de bloquer la porte, mais pas aussi heureux de se rouvrir ce que j'ai pu découvrir un jeudi, à 6h, alors que j'étais en retard pour aller en cours! Heureusement, j'ai réussi à rassembler toutes mes forces pour sortir, mais je fais toujours très attention maintenant. je doute que ce soit jamais réparé, même si la résidence en a déjà été prévenue.

7. Ce que vous pourriez avoir besoin d'acheter

Voici une liste des choses que j'ai achetées et que je considère essentielles pour vivre assez confortablement ici, même si ces choses peuvent différer selon les préférences et les besoins de chacun.

  • Une bouilloire
  • Une lampe
  • Du linge de lit
  • Une rallonge
  • Un radiateur
  • Des bougies

8. Appréciation du logement

Il y a des choses que j'aime dans le fait de vivre ici, à André Allix, comme par exemple de pouvoir allumer des bougies sans risquer de déclencher l'alarme à incendie. La clarté et la taille des chambres, le fait que la cuisine soit nettoyée presque tous les jours et gardée dans un état acceptable. J'aime sans aucun doute avoir mon propre frigo! mais malgré cela, vivre ici m'a certainement fait apprécier là où je vivais l'année dernière à Londres.

Les gens sont commencent rapidement à critiquer Mount Clare, mais je pense que cette résidence possède de nombreux points forts. Il est évident que des petites choses simples me manquent, comme avoir un four et un congélateur, et un vrai espace pour préparer correctement à manger -je cuisinerais tellement plus.

Avec moins de gens par appartement ou couloir vous êtes obligé d'une manière ou d'une autre de rencontrer les autres gens avec qui vous vivez, ils deviennent en quelques corte votre famille pendant vos années à l'université, alors qu'ici la plupart des gens ne sociabilisent pas.

J'imagine que le fait qu'ici tout le monde étudie dans différentes universités et à différents niveaux n'aide pas vraiment le côté social de la chose. Roehampton est pour sa part une petite université, donc le plus souvent tout le monde connaissait un peu tout le monde, et tout le monde avait ça en commun.

La plus petite salle commune de chaque appartement, était pratique de boire un coup avant de sortir, même s'il est rapidement difficile d'y faire rentrer tout le monde comme chacun ramenait toujours plus d'amis avec lui. Par chance, il y avait une salle commune plus grande qui abritait des tables de billard, de ping pong et une télévision. dans la pièce adjacente se trouvait la laverie, avec laquelle je n'ai jamais rencontré de problème.

La salle informatique a toujours été pratique, surtout quand les dates limites approchaient et mon Dieu, vous pouviez voir qu'elles approchaient à mesure que la salle se remplissait de plus en plus rapidement à ce moment là.

Malgré les histoires d'Internet qui ne marche pas et d'électricité disfonctionnelle, je n'ai jamais eu affaire à trop de problèmes, peut-être un ou deux pendant l'année entière, mais ce n'était rien en comparaison de ce que je vis ici, et c'est seulement le troisième mois!

Ça me manque d'avoir un vrai chauffage. Ça me manque d'avoir Richmond Park sur le pas de ma porte. Et, je ne pensais pas dire ça un jour, mais le chat du campus me manque aussi, ce truc poilu et noir appelé Magic, mais souvent surnommé Lucifer par les étudiants, à cause de son comportement sauvage et furtif.

Être loin de chez soi et de ce que l'on aime met certainement les choses en perspective. Certaines choses me manquent alors que je n'y pensais jamais, et j'accorde une importance nouvelle à des choses qui paraissent insignifiantes. Cependant je sais que je ne devrais pas m'attarder sur les choses que je ne peux pas avoir maintenant, des choses qui se trouvent à des kilomètres de moi. Je devrais apprendre à m'adapter et à aimer ce que j'ai ici. Même si c'est parfois difficile, je suppose que je devrais toujours prendre la vie du bon côté. L'année Erasmus est une opportunité fantastique, et je ne veux pas la gâcher.


Galerie de photos



Commentaires (0 commentaires)


Vous voulez avoir votre propre blog Erasmus ?

Si vous vivez une expérience à l'étranger, si vous êtes un voyageur passionné ou si vous voulez faire connaître la ville où vous vivez... créez votre blog et racontez vos aventures !


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !