Advertise here

Les paons de Carmen de los Mártires

Publié par Annick Mahy — il y a 2 ans

Blog : Disfrutar de Granada
Dans : Blog Erasmus Grenade, Grenade, Espagne

La faune dans le jardin Carmen de los Mártires

Les paons

C'est par un bel après-midi ensoleillé, dans le calme des hauteurs de la ville de Grenade, dans ce jardin presque désert, que j'ai pû admirer la parade nuptiale des paons du domaine.

C'est certain, ce beau jardin coloré et fleuri est la place idéale pour que la faune s'épanouisse en toute simplicité.

Ainsi, dans le domaine, des paons se balladent, criaillent et braillent, se reposent à l'ombre ou profitent des rayons du soleil.

Leur cri est puissant (et pourrait être entendu de très loin).

Ils se pavannent, exposant leur splendeur devant tous les regards curieux.

les-paons-de-carmen-de-los-martires-7154

Et puis, lorsque le mâle s'intéresse à un regard curieux en particulier (celui de celle qui le fait chavirer), alors il étale les plumes de sa queue en évantail. Il "fait la roue", dit-on.

les-paons-de-carmen-de-los-martires-07fa

les-paons-de-carmen-de-los-martires-98ab

les-paons-de-carmen-de-los-martires-3ada

Ses plumes sont ravissantes, que dis-je, resplandissantes. Elles sont brillantes et colorées. Les barbules sont terminées par ce qui ressemble à des yeux, c'est pourquoi on appelle cela des "ocelles".

Sa minuscule tête est surmontée d'une crête rigolote appelée "aigrette". Cette aigrette est composée de sortes de fils blancs étendus en évantail et terminés par des espèces de plumeaux bleu-noirs.

La femelle est plus petite, plus discrète et tente de se fondre dans le décor en toute humilité.

Pourtant, en français, on utilise leur nom pour désigner quelqu'un d'arrogant, de présompteux, qui étale sa beauté et sa supériorité. On dit "être fier comme un paon".

C'est donc au beau milieu d'un domaine charmant et paisible, guidé par leur son étrange, qu'on peut apercevoir ses animaux inédits qui nous rappelle vaguement un mythe antique.

En effet, les "yeux" présents sur la queue du paon seraient un hommage à Argos, fidèle gardien d'Héra (ou Junon).

Tout commence lorsque Héra, jalouse d'Io (nymphe courtisée par Zeus -ou Jupiter), la transforma en vache et la fit garder par Argos.

Le géant Argos possédait cent yeux dont cinquante restaient ouverts pendant que les cinquante autres se reposaient.

Après s'en être rendu compte, Zeus envoya Hermès pour le tuer et délivrer sa jouvencelle.

Héra, touchée par la mort de son fidèle Argos, lui rendit hommage en plaçant ses cent yeux sur la queue de son oiseau préféré : le paon.

C'est ainsi qu'aujourd'hui on peut encore les déceler dans les ocelles des paons, aux détours d'une allée, en se promenant au Carmen de los Mártires.


Galerie de photos



Contenu disponible dans d'autres langues

Commentaires (0 commentaires)


Vous voulez avoir votre propre blog Erasmus ?

Si vous vivez une expérience à l'étranger, si vous êtes un voyageur passionné ou si vous voulez faire connaître la ville où vous vivez... créez votre blog et racontez vos aventures !


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !