Le nouvel an à Brno

Le réveillon du nouvel an à Brno a été complètement de que j'avais imaginé, ce dont je ne suis pas vraiment étonnée car pour moi, rien ne se passe jamais comme désiré/prévu/fantasmé. J'aurais dû savoir que ça allait se passer comme ça dès le moment où j'ai quitté la maison... Alors laissez-moi vous raconter comment c'était.

Alors que j'étais encore à la maison, en train de faire mon bagage le matin à 9h30 (je ne pouvais pas le faire la veille parce que je devais sortir, hihi), j'étais contente parce que je savais que je n'allais pas à Brno toute seule; ma chère amie Ivana m'accompagnait. J'ai peiné à fermer mon bagage, me suis souvenue avoir oublié d'y mettre du ajvar, l'ai rouvert et l'ai refermé avec toute la difficulté que ça m'avait demandé. J'aurais tellement eu besoin d'une douche après ça si seulement mon gel douche était dans ma valise et si seulement j'avais le temps. Mais il n'y était pas, et je n'en avais pas, donc.. Concentre-toi Valentina, ils ont compris.

Bref, j'ai regardé ma chambre vide, mon beau chien, j'ai embrassé ma mère, j'ai serré la main de mon père (très bizarre, d'ailleurs), j'ai dit au revoir à Goran, mon frère, et avec un peu de tristesse dans mon cœur, je me suis installée dans la voiture. J'étais aussi un peu énervée parce que j'ai perdu ma carte SIM tchèque. Je le savais que j'allais la perdre, dès le moment où je l'ai retiré de mon téléphone, je savais que j'allais la perdre. Je j'ai sûrement mise à un endroit où j'aurais été sûre de la retrouver directement mais il faut croire que j'ai pas choisi le bon endroit. Bien sûr, j'ai passé au moins une demi-heure à la chercher pendant que ma frustration atteignait un pic. Du coup, mon frère Mario m'a conduit au bus et voilà. Je quittais mon chez-moi à nouveau.

Quand je suis arrivée à Zagreb, j'ai remercié Dieu pour l'escalator et suis allée acheter les billets pour Vienne. Sauf qu'il ne restait plus de sièges libres pour le bus de 15h. Merde, merde, merde. Le prochain bus est à 17h et il arrive à Vienne à 22h40. Et devinez quoi? Le dernier bus de Vienne vers Brno était prévu pour 22h40, mais évidemment, il partait d'une autre station de bus. Merveilleux. Tout en sachant ce à quoi le voyage va ressembler, je m’assois et attends Ivana. La voilà arrivée, je lui explique la situation et on retourne demander pour les billets. Dans un autre bus, il y a une place de libre donc on pouvait attendre de voir si quelqu'un d'autre se désistait. On y a réfléchi et on a acheté les billets de bus pour 17h, juste au cas où. J'étais heureuse qu'Ivana était là parce si ça m'était arrivée alors que j'étais seule, ça m'aurait rendue dingue. On s'est assises dans un café, on a bu un thé et parlé, parlé, on s'est manucurées et on a encore parlé. On a alors pris le bus pour Vienne, on a rencontré des mecs de Zagreb (celui avec la chemise à carreaux était trooop mignon, l'autre était plutôt chiant, le troisième était plutôt mignon mais silencieux alors que le quatrième n'arrêtait pas de jurer; je sais pas pourquoi mais j'étais immédiatement eu le sentiment que c'était aussi le genre à cracher sur le sol, j'imagine que ce sont deux caractéristiques inséparables), un mec de Split devait rencontrer sa petite-amie de Brno à Vienne, on a un peu discuté et on est arrivées à Vienne à 22h20. Tony de Split se rendait aussi à l'autre station de bus (Präterstern), avec l'ami de sa mère chez qui il allait dormir, alors on est tous allés ensemble en espérant qu'on y soit dans les 20 minutes et qu'Ivana et moi ne rations pas le bus. Je parie qu'on y serait arrivées si j'avais pas dû chercher des pièces de monnaie pour le ticket de métro. Une fois que j'avais enfin acheté le ticket, le métro s'en est allé devant nos yeux, et on a dû attendre le prochain. Ouais, le suivant était dans 5 minutes mais c'était exactement les 5 minutes dont nous avions besoin; on est arrivées à l'autre station de bus à 22h45. 5 minutes, putain. J'aurais dû le savoir, parce que c'est ma poisse. Quand je suis en retard, les bus s'en vont toujours à l'heure alors que quand je suis à l'heure ou même en avance, le bus, lui, est en retard, au moins 5 ou 10 minutes. Alors, que faire? On a regardé s'il y avait un autre bus (sans oublier que j'avais perdu 20€ pour les tickets de bus) ou peut-être un train. Il n'y avait rien. Le prochain était le matin, aux alentours de 7h. Pour moi, ce ne serait pas le première que je passe la nuit dans une station viennoise mais Ivana, elle, était un peu bouleversée, elle a commencé à pleurer et je pouvais voir dans ses yeux qu'elle regrettait sérieusement d'être venue avec moi. J'ai essayé de la réconforter d'une quelconque façon parce pour moi, ce n'était pas la fin du monde, j'ai déjà été dans la même situation, mais elle n'est pas comme moi. Et je comprends. Donc, on avait une autre option, grâce à Tony et l'amie de sa mère Željka. Elle nous a dit que son appartement était petit mais qu'elle nous accueillait, au moins on serait au chaud, on pourrait dormir quelques heures et le matin on irait à Brno. Je ne voulais pas vraiment, la femme était déjà hyper gentille en nous accompagnant partout dans Vienne pour trouver une connexion possible avec Brno, mais voyant Ivana dans cet état, j'ai accepté. Et c'est comme ça que nous avons dormi chez Željka, avec Tony et sa mignonne petite amie de Brno. Juste histoire de le mentionner ici, Željka a un super appartement! Petit, mignon, moderne, confortable. Je veux vivre dans un appartement comme celui-là lorsque j'aurai terminé mes études.

On a un peu parlé, revérifié l'horaire du bus et nous sommes allés dormir. Le matin, Željka est venue avec nous à la station (vraiment, cette femme nous a sauvées, une femme tellement gentille) et après ça, on était seules. Notre poisse a continué, parce que le premier était à 17h. Fatiguées, irritées, nous sommes allées à la gare. Enfin, un train arrivait dans environ une heure. Même si c'était genre 3 fois plus cher que le bus (sérieusement, 30€? ), on a acheté les tickets et c'est seulement à l'intérieur du train et que Ivana a commencé à se calmer. J'en était contente et je suis littéralement tombée K. O. dans le train pour me réveiller un arrêt avant Brno.

Oh cher Brno, je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir! Je crois que Brno était aussi heureuse de nous voir car quelques personnes ont proposé de m'aider avec mon énorme valise. Trop sympa. Nous avoir ma chambre sans aucun problème, il y a avait un gentil gars grisonnant à la réception. Une fois douchées et reposées, nous avons été dans la chambre de Dimitri pour le rencontrer. Le pauvre, on l'a réveillé. Mon Dieu, il m'avait tellement manqué en à peine 2 semaines. Plus tard, nous avons été au centre pour acheter de l'alcool pour la fête. Durant toute la journée, nous n'avions aucune idée de comment ça allait se passer, où nous allions aller, personne ne savait rien. Parfaitement normal pour des Erasmus, j'imagine.

Et comment avons-nous fêté la nuit du 31 au 1er? la dernière nuit de 2012 et la première nuit de 2013? Nous avons fait un dîner international dans le couloir du 2e étage, puis, on a bu et avons décidé de sortir sur la grand-place avant minuit. Certains y sont allés alors que d'autres, comme Ivana et moi, ont raté le bus (vraiment, je sais pas c'est quoi notre problème à manquer les bus comme ça? ). Au final, ça s'est avéré amusant. On revenait de l'arrêt de bus jusqu'aux chambres, elle était de bonne humeur et moi dans une humeur alcoolisée au whisky-coca, et on s'est rendues compte qu'on était à 5 ou 6 minutes de minuit. Et je devais vraiment pisser. On a commencé à marcher super vite, presque à courir, on s'est dépêchées dans les chambres, je courais dans ma chambre en criant "je ne veux pas accueillir la nouvelle année aux toilettes, nooon", je n'ai jamais pissé aussi vite de ma vie et puis on a couru au deuxième étage où le reste des gens se trouvait. On est arrivées juste une minute avant les douze coups de minuits. On a réussi! La moitié des gens était sur le balcon en train de regarder les feux d'artifice, en train de s'embrasser et de souhaiter "bonne année" aux uns et aux autres. Après tous ces vœux, on est allés à Livingstone. C'était de la merde. Ils m'ont arnaquée de 100 couronnes à l'entrée, m'ont adressé un sourire triste (pour le réveillon, sérieusement? ) et il n'y avait pas de vestiaire. J'imagine que parce que j'étais bourrée, je me suis énervée, et pendant genre une demi-heure, je suis restée sur place, je portais ma veste dans mes mains et j'ai refusé de danser ou de sourire. Merci mon Dieu, j'ai vite repris mes esprits, alors j'ai déposé ma veste quelque part sur la barrière, je suis allée au bar et j'ai commandé un autre whisky-coca. Après, ça a été mieux. Je dois vraiment arrêter de faire ma "drama queen". Au final, la nuit n'a pas été particulièrement spéciale. Mais c'était quand même chouette. C'est le plus important, non?

Le jour suivant, Ivana et moi avons mangé au McDonald's et on s'est promenées, on a visité la cathédrale, le soir, on a été voir les feux d'artifice à Špilberk puis on est rentrées dans nos chambres. On a joué à un jeu d'alcool dans la chambre de Dimitri puis on a été dans le salon de thé et on a continué là. Dimitri et moi avions nos mains couvertes des dessins artistiques de Dimitri au feutre, ce qui était plutôt marrant quand j'ai dû aller au bar du salon de thé pour commander un verre. Le serveur a regardé mes mains (et un autre mec qui était assis tout près) mais n'a rien dit. Les Tchèques, quel peuple adorable. On buvait du thé et de l'alcool que nous avions fait rentrer en douce et on inventait notre propre jeu d'alcool, ce qui est devenu de plus en plus marrant à chaque moment. Plus tard, on est rentrés, on a joué un moment avant que Dimitri s'énerve (je ne me rappelle même plus pourquoi) et puis on a été dormir. Le matin, j'ai accompagné Ivana au bus. Tellement dommage qu'elle soit rentrée si tôt, j'aurais voulu qu'elle reste plus longtemps. J'ai adoré l'avoir à mes côtés ici, mes amis de Croatie me manquent.

Voici quelques photos, je téléchargerai le reste quand Ivana m'enverra les siennes, elle a bien plus de photos...

C'était l'anniversaire de Mikolaj le 1er janvier, trop mignon!

Le nouvel an à Brno

Dimitri, Ivana, moi et le cadeau que M. Gonzalez m'a offert (qui, comme je l'ai découvert, l'avait volé en-dessous du sapin de Noël dans le couloir, mais bon, un cadeau, c'est un cadeau, hein? )

Le nouvel an à Brno

Macédoine!

Le nouvel an à Brno

Slovaquie!

Le nouvel an à Brno

Commérages

Le nouvel an à Brno

Ouais. Tu sais.

Le nouvel an à Brno

Ma beauté sur le chemin autour de la cathédrale

Le nouvel an à Brno

Le château de Špilberk de loin.

Le nouvel an à Brno

Ma beauté devant la cathédrale

Le nouvel an à Brno

<3

Le nouvel an à Brno

Feux d'artifice

Le nouvel an à Brno

Mon démon adoré Dimitri

Le nouvel an à Brno

Dans les rues de Brno

Le nouvel an à Brno

Joueurs

Le nouvel an à Brno

La Grèce au salon de thé

Le nouvel an à Brno

Voilà comment j'ai passé mon nouvel an à Brno. Et vous? Des histoires amusantes à raconter ?


Galerie de photos



Contenu disponible dans d'autres langues

Commentaires (0 commentaires)


Vous voulez avoir votre propre blog Erasmus ?

Si vous vivez une expérience à l'étranger, si vous êtes un voyageur passionné ou si vous voulez faire connaître la ville où vous vivez... créez votre blog et racontez vos aventures !


Vous n'avez pas de compte? Inscription.

Patientez un moment, s'il vous plaît

Cours hamsters ! Cours !